Le site est en maintenance. Des problèmes d'affichage peuvent apparaître.
ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre I

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

À l’école des images

1.3.4. A l'école des images

Dans les petites écoles paroissiales, on mettait sur les murs des images pieuses pour illustrer les mystères de la foi et donner un visage aux saints évoqués. L’enfant ne peut pas comprendre le Dieu abstrait, n’est-il pas préférable de le lui montrer sur un trône ? Selon Érasme, l’image s’imprime plus facilement dans l’esprit et permet de mieux mémoriser les connaissances.

Les pédagogues du XVIIe siècle considèrent que les belles tournures latines ne suffisent pas pour comprendre le monde qui entoure les jeunes écoliers enfermés dans une classe. Ils souhaitent les tourner vers des phénomènes concrets à l’aide d’images d’animaux, de plantes ou de planètes pour qu’ils sachent les identifier et les nommer. Pour Comenius, enseigner, c’est d’abord parler aux sens, surtout à la vue.

L’image parlante est aussi au centre de la pédagogie des Jésuites, mais cette fois-ci elle parle non à la raison, mais à l’âme. Une image symbolique renferme un sens moral ou spirituel à déchiffrer. Les Jésuites invitent les élèves dans leurs collèges non seulement à méditer sur les images en se détachant des passions mondaines, mais aussi à les créer eux-mêmes.

Fénelon, le précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, constate que l’enfant est facilement distrait par tout ce qu’il voit. En laissant sa vue se promener un peu sur une illustration, Fénelon veut masquer l’enseignement sous l’apparence du divertissement. Ainsi, un livre doté de belles images incitera un élève à la lecture.

À l’école des images

1.3.4. A l'école des images

Dans les petites écoles paroissiales, on mettait sur les murs des images pieuses pour illustrer les mystères de la foi et donner un visage aux saints évoqués. L’enfant ne peut pas comprendre le Dieu abstrait, n’est-il pas préférable de le lui montrer sur un trône ? Selon Érasme, l’image s’imprime plus facilement dans l’esprit et permet de mieux mémoriser les connaissances.

Les pédagogues du XVIIe siècle considèrent que les belles tournures latines ne suffisent pas pour comprendre le monde qui entoure les jeunes écoliers enfermés dans une classe. Ils souhaitent les tourner vers des phénomènes concrets à l’aide d’images d’animaux, de plantes ou de planètes pour qu’ils sachent les identifier et les nommer. Pour Comenius, enseigner, c’est d’abord parler aux sens, surtout à la vue.

L’image parlante est aussi au centre de la pédagogie des Jésuites, mais cette fois-ci elle parle non à la raison, mais à l’âme. Une image symbolique renferme un sens moral ou spirituel à déchiffrer. Les Jésuites invitent les élèves dans leurs collèges non seulement à méditer sur les images en se détachant des passions mondaines, mais aussi à les créer eux-mêmes.

Fénelon, le précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, constate que l’enfant est facilement distrait par tout ce qu’il voit. En laissant sa vue se promener un peu sur une illustration, Fénelon veut masquer l’enseignement sous l’apparence du divertissement. Ainsi, un livre doté de belles images incitera un élève à la lecture.

À l’école des images

1.3.4. A l'école des images

Dans les petites écoles paroissiales, on mettait sur les murs des images pieuses pour illustrer les mystères de la foi et donner un visage aux saints évoqués. L’enfant ne peut pas comprendre le Dieu abstrait, n’est-il pas préférable de le lui montrer sur un trône ? Selon Érasme, l’image s’imprime plus facilement dans l’esprit et permet de mieux mémoriser les connaissances.

Les pédagogues du XVIIe siècle considèrent que les belles tournures latines ne suffisent pas pour comprendre le monde qui entoure les jeunes écoliers enfermés dans une classe. Ils souhaitent les tourner vers des phénomènes concrets à l’aide d’images d’animaux, de plantes ou de planètes pour qu’ils sachent les identifier et les nommer. Pour Comenius, enseigner, c’est d’abord parler aux sens, surtout à la vue.

L’image parlante est aussi au centre de la pédagogie des Jésuites, mais cette fois-ci elle parle non à la raison, mais à l’âme. Une image symbolique renferme un sens moral ou spirituel à déchiffrer. Les Jésuites invitent les élèves dans leurs collèges non seulement à méditer sur les images en se détachant des passions mondaines, mais aussi à les créer eux-mêmes.

Fénelon, le précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, constate que l’enfant est facilement distrait par tout ce qu’il voit. En laissant sa vue se promener un peu sur une illustration, Fénelon veut masquer l’enseignement sous l’apparence du divertissement. Ainsi, un livre doté de belles images incitera un élève à la lecture.

À CONSULTER...

À l’école des images

1.3.4. A l'école des images

Dans les petites écoles paroissiales, on mettait sur les murs des images pieuses pour illustrer les mystères de la foi et donner un visage aux saints évoqués. L’enfant ne peut pas comprendre le Dieu abstrait, n’est-il pas préférable de le lui montrer sur un trône ? Selon Érasme, l’image s’imprime plus facilement dans l’esprit et permet de mieux mémoriser les connaissances.

Les pédagogues du XVIIe siècle considèrent que les belles tournures latines ne suffisent pas pour comprendre le monde qui entoure les jeunes écoliers enfermés dans une classe. Ils souhaitent les tourner vers des phénomènes concrets à l’aide d’images d’animaux, de plantes ou de planètes pour qu’ils sachent les identifier et les nommer. Pour Comenius, enseigner, c’est d’abord parler aux sens, surtout à la vue.

L’image parlante est aussi au centre de la pédagogie des Jésuites, mais cette fois-ci elle parle non à la raison, mais à l’âme. Une image symbolique renferme un sens moral ou spirituel à déchiffrer. Les Jésuites invitent les élèves dans leurs collèges non seulement à méditer sur les images en se détachant des passions mondaines, mais aussi à les créer eux-mêmes.

Fénelon, le précepteur du duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV, constate que l’enfant est facilement distrait par tout ce qu’il voit. En laissant sa vue se promener un peu sur une illustration, Fénelon veut masquer l’enseignement sous l’apparence du divertissement. Ainsi, un livre doté de belles images incitera un élève à la lecture.

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes