ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre I

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Les voyages (aussi) forment la jeunesse

1.3.5. Les voyages (aussi) forment la jeunesse

L’humanisme, ce n’est pas seulement la lecture assidue de livres ardus et poussiéreux, ou l’acquisition de langues rares, loin s’en faut. Dès le XVIe siècle, bon nombre de savants, philosophes et hommes de lettres européens l’ont compris : il ne suffit pas de passer son temps en bibliothèque pour devenir un homme, il est essentiel de détourner ses yeux des « mots » (verba) pour aller voir directement les « choses » (res). Quel meilleur moyen que le voyage pour perfectionner son éducation ? Les adolescents ont ainsi à compléter leur éducation scolaire et à préparer leur entrée dans le monde, et la définition d’un humanisme « concret », faisant une place de choix aux voyages pédagogiques, voit le jour, parallèlement à l’humanisme érudit des belles-lettres.

Voyager, aller voir le monde de ses propres yeux, permet, comme le dit Montaigne, de frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui, et de devenir, en somme, un peu moins idiot ! C’est que la pure érudition scolaire ne suffit pas : l’homme doit être considéré comme un être en devenir, c’est-à-dire un être à former  (n’est-ce pas cette puissance de changement qui fait sa valeur ?). Or si les livres des bibliothèques sont nécessaires et nous apprennent quantité de choses utiles, le risque est de s’en tenir à la pure mémorisation des règles de la grammaire, de la rhétorique ou de la logique et de transformer les enfants en ânes chargés de livres. C’est là la fonction pédagogique des voyages : faire l’expérience du monde, rencontrer d’autres hommes, fréquenter d’autres milieux, parler d’autres langues, savoir se comporter de manière appropriée dans un pays étranger, c’est avoir l’occasion d’exercer non plus seulement sa mémoire, mais son jugement.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que ces voyages pédagogiques sont de purs moments de plaisir et de récréation. Au contraire, ils font l’objet de règles très précises. C’est pourquoi les humanistes de l’âge classique ont écrit autant de « méthodes » ou d’ « arts de voyager ». Où faut-il aller ? Combien de temps ? Avec qui ? Dans quels pays ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ? à quel âge ? Un genre littéraire appelé « apodémique » se charge de répondre à toutes ces questions et de guider les pas des jeunes voyageurs. Ces méthodes apparaissent d’abord en Allemagne et en Suisse (avec des auteurs comme Theodor Zwinger – que Montaigne rencontra – ou Hieronymus Turler) et trouveront leur point d’achèvement, au XVIIIe siècle, avec les traités d’éducation destinés aux gentlemen voulant accomplir leur « Grand Tour ». Il est donc impensable de songer à traverser l’Europe sans une bonne méthode et un bon précepteur.

C’est là d’ailleurs tout le paradoxe de l’humanisme : pour aller voir le monde, et pour pouvoir dire que la culture scolaire ne suffit pas, il aura fallu auparavant écrire et lire des livres. On comprend mieux pourquoi Érasme, dans son Plan des études (De ratione studii), avait cette formule subtile : verborum prior, rerum potior. Cela signifie que si la connaissance des mots doit venir en premier, celles des choses a plus d’importance, car les choses ne nous étant connues que par ces signes que sont les mots, celui qui ignore le sens des paroles doit nécessairement aussi errer à l’aveuglette, divaguer, délirer, dans le jugement qu’il porte sur les choses.

Les voyages (aussi) forment la jeunesse

1.3.5. Les voyages (aussi) forment la jeunesse

L’humanisme, ce n’est pas seulement la lecture assidue de livres ardus et poussiéreux, ou l’acquisition de langues rares, loin s’en faut. Dès le XVIe siècle, bon nombre de savants, philosophes et hommes de lettres européens l’ont compris : il ne suffit pas de passer son temps en bibliothèque pour devenir un homme, il est essentiel de détourner ses yeux des « mots » (verba) pour aller voir directement les « choses » (res). Quel meilleur moyen que le voyage pour perfectionner son éducation ? Les adolescents ont ainsi à compléter leur éducation scolaire et à préparer leur entrée dans le monde, et la définition d’un humanisme « concret », faisant une place de choix aux voyages pédagogiques, voit le jour, parallèlement à l’humanisme érudit des belles-lettres.

Voyager, aller voir le monde de ses propres yeux, permet, comme le dit Montaigne, de frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui, et de devenir, en somme, un peu moins idiot ! C’est que la pure érudition scolaire ne suffit pas : l’homme doit être considéré comme un être en devenir, c’est-à-dire un être à former  (n’est-ce pas cette puissance de changement qui fait sa valeur ?). Or si les livres des bibliothèques sont nécessaires et nous apprennent quantité de choses utiles, le risque est de s’en tenir à la pure mémorisation des règles de la grammaire, de la rhétorique ou de la logique et de transformer les enfants en ânes chargés de livres. C’est là la fonction pédagogique des voyages : faire l’expérience du monde, rencontrer d’autres hommes, fréquenter d’autres milieux, parler d’autres langues, savoir se comporter de manière appropriée dans un pays étranger, c’est avoir l’occasion d’exercer non plus seulement sa mémoire, mais son jugement.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que ces voyages pédagogiques sont de purs moments de plaisir et de récréation. Au contraire, ils font l’objet de règles très précises. C’est pourquoi les humanistes de l’âge classique ont écrit autant de « méthodes » ou d’ « arts de voyager ». Où faut-il aller ? Combien de temps ? Avec qui ? Dans quels pays ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ? à quel âge ? Un genre littéraire appelé « apodémique » se charge de répondre à toutes ces questions et de guider les pas des jeunes voyageurs. Ces méthodes apparaissent d’abord en Allemagne et en Suisse (avec des auteurs comme Theodor Zwinger – que Montaigne rencontra – ou Hieronymus Turler) et trouveront leur point d’achèvement, au XVIIIe siècle, avec les traités d’éducation destinés aux gentlemen voulant accomplir leur « Grand Tour ». Il est donc impensable de songer à traverser l’Europe sans une bonne méthode et un bon précepteur.

C’est là d’ailleurs tout le paradoxe de l’humanisme : pour aller voir le monde, et pour pouvoir dire que la culture scolaire ne suffit pas, il aura fallu auparavant écrire et lire des livres. On comprend mieux pourquoi Érasme, dans son Plan des études (De ratione studii), avait cette formule subtile : verborum prior, rerum potior. Cela signifie que si la connaissance des mots doit venir en premier, celles des choses a plus d’importance, car les choses ne nous étant connues que par ces signes que sont les mots, celui qui ignore le sens des paroles doit nécessairement aussi errer à l’aveuglette, divaguer, délirer, dans le jugement qu’il porte sur les choses.

Les voyages (aussi) forment la jeunesse

1.3.5. Les voyages (aussi) forment la jeunesse

L’humanisme, ce n’est pas seulement la lecture assidue de livres ardus et poussiéreux, ou l’acquisition de langues rares, loin s’en faut. Dès le XVIe siècle, bon nombre de savants, philosophes et hommes de lettres européens l’ont compris : il ne suffit pas de passer son temps en bibliothèque pour devenir un homme, il est essentiel de détourner ses yeux des « mots » (verba) pour aller voir directement les « choses » (res). Quel meilleur moyen que le voyage pour perfectionner son éducation ? Les adolescents ont ainsi à compléter leur éducation scolaire et à préparer leur entrée dans le monde, et la définition d’un humanisme « concret », faisant une place de choix aux voyages pédagogiques, voit le jour, parallèlement à l’humanisme érudit des belles-lettres.

Voyager, aller voir le monde de ses propres yeux, permet, comme le dit Montaigne, de frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui, et de devenir, en somme, un peu moins idiot ! C’est que la pure érudition scolaire ne suffit pas : l’homme doit être considéré comme un être en devenir, c’est-à-dire un être à former  (n’est-ce pas cette puissance de changement qui fait sa valeur ?). Or si les livres des bibliothèques sont nécessaires et nous apprennent quantité de choses utiles, le risque est de s’en tenir à la pure mémorisation des règles de la grammaire, de la rhétorique ou de la logique et de transformer les enfants en ânes chargés de livres. C’est là la fonction pédagogique des voyages : faire l’expérience du monde, rencontrer d’autres hommes, fréquenter d’autres milieux, parler d’autres langues, savoir se comporter de manière appropriée dans un pays étranger, c’est avoir l’occasion d’exercer non plus seulement sa mémoire, mais son jugement.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que ces voyages pédagogiques sont de purs moments de plaisir et de récréation. Au contraire, ils font l’objet de règles très précises. C’est pourquoi les humanistes de l’âge classique ont écrit autant de « méthodes » ou d’ « arts de voyager ». Où faut-il aller ? Combien de temps ? Avec qui ? Dans quels pays ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ? à quel âge ? Un genre littéraire appelé « apodémique » se charge de répondre à toutes ces questions et de guider les pas des jeunes voyageurs. Ces méthodes apparaissent d’abord en Allemagne et en Suisse (avec des auteurs comme Theodor Zwinger – que Montaigne rencontra – ou Hieronymus Turler) et trouveront leur point d’achèvement, au XVIIIe siècle, avec les traités d’éducation destinés aux gentlemen voulant accomplir leur « Grand Tour ». Il est donc impensable de songer à traverser l’Europe sans une bonne méthode et un bon précepteur.

C’est là d’ailleurs tout le paradoxe de l’humanisme : pour aller voir le monde, et pour pouvoir dire que la culture scolaire ne suffit pas, il aura fallu auparavant écrire et lire des livres. On comprend mieux pourquoi Érasme, dans son Plan des études (De ratione studii), avait cette formule subtile : verborum prior, rerum potior. Cela signifie que si la connaissance des mots doit venir en premier, celles des choses a plus d’importance, car les choses ne nous étant connues que par ces signes que sont les mots, celui qui ignore le sens des paroles doit nécessairement aussi errer à l’aveuglette, divaguer, délirer, dans le jugement qu’il porte sur les choses.

À CONSULTER...

Les voyages (aussi) forment la jeunesse

1.3.5. Les voyages (aussi) forment la jeunesse

L’humanisme, ce n’est pas seulement la lecture assidue de livres ardus et poussiéreux, ou l’acquisition de langues rares, loin s’en faut. Dès le XVIe siècle, bon nombre de savants, philosophes et hommes de lettres européens l’ont compris : il ne suffit pas de passer son temps en bibliothèque pour devenir un homme, il est essentiel de détourner ses yeux des « mots » (verba) pour aller voir directement les « choses » (res). Quel meilleur moyen que le voyage pour perfectionner son éducation ? Les adolescents ont ainsi à compléter leur éducation scolaire et à préparer leur entrée dans le monde, et la définition d’un humanisme « concret », faisant une place de choix aux voyages pédagogiques, voit le jour, parallèlement à l’humanisme érudit des belles-lettres.

Voyager, aller voir le monde de ses propres yeux, permet, comme le dit Montaigne, de frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui, et de devenir, en somme, un peu moins idiot ! C’est que la pure érudition scolaire ne suffit pas : l’homme doit être considéré comme un être en devenir, c’est-à-dire un être à former  (n’est-ce pas cette puissance de changement qui fait sa valeur ?). Or si les livres des bibliothèques sont nécessaires et nous apprennent quantité de choses utiles, le risque est de s’en tenir à la pure mémorisation des règles de la grammaire, de la rhétorique ou de la logique et de transformer les enfants en ânes chargés de livres. C’est là la fonction pédagogique des voyages : faire l’expérience du monde, rencontrer d’autres hommes, fréquenter d’autres milieux, parler d’autres langues, savoir se comporter de manière appropriée dans un pays étranger, c’est avoir l’occasion d’exercer non plus seulement sa mémoire, mais son jugement.

Il ne faudrait pas croire, cependant, que ces voyages pédagogiques sont de purs moments de plaisir et de récréation. Au contraire, ils font l’objet de règles très précises. C’est pourquoi les humanistes de l’âge classique ont écrit autant de « méthodes » ou d’ « arts de voyager ». Où faut-il aller ? Combien de temps ? Avec qui ? Dans quels pays ? Pour quelles raisons ? Dans quel but ? à quel âge ? Un genre littéraire appelé « apodémique » se charge de répondre à toutes ces questions et de guider les pas des jeunes voyageurs. Ces méthodes apparaissent d’abord en Allemagne et en Suisse (avec des auteurs comme Theodor Zwinger – que Montaigne rencontra – ou Hieronymus Turler) et trouveront leur point d’achèvement, au XVIIIe siècle, avec les traités d’éducation destinés aux gentlemen voulant accomplir leur « Grand Tour ». Il est donc impensable de songer à traverser l’Europe sans une bonne méthode et un bon précepteur.

C’est là d’ailleurs tout le paradoxe de l’humanisme : pour aller voir le monde, et pour pouvoir dire que la culture scolaire ne suffit pas, il aura fallu auparavant écrire et lire des livres. On comprend mieux pourquoi Érasme, dans son Plan des études (De ratione studii), avait cette formule subtile : verborum prior, rerum potior. Cela signifie que si la connaissance des mots doit venir en premier, celles des choses a plus d’importance, car les choses ne nous étant connues que par ces signes que sont les mots, celui qui ignore le sens des paroles doit nécessairement aussi errer à l’aveuglette, divaguer, délirer, dans le jugement qu’il porte sur les choses.

Plan de l’exposition :

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes