ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre I

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Le précepteur : portrait-robot d’un maître très particulier

1.3.2.1. Portait-robot d'un précepteur

Le précepteur est un clerc, c’est-à-dire un intellectuel, engagé pour dispenser un enseignement particulier à un enfant, fille ou garçon, issu d’une famille aisée, noble ou princière. Richement rétribués, souvent logés et nourris, les plus chanceux d’entre eux jouissent d’une situation très enviable à la cour d’un prince ou d’une princesse en qui ils peuvent parfois trouver un mécène et un protecteur à vie. À l’instar de son modèle antique (la star des précepteurs est le grec Xénophon, qui ne fut rien de moins que le précepteur d’Alexandre le Grand) ou mythologique (le centaure Chiron, précepteur des plus grands héros tels Hercule et Achille), le parfait précepteur est un homme sage et prudent. Érasme en fait en plus un pédagogue patient et tolérant, volontiers joueur, que l’élève ne doit pas craindre mais au contraire aimer comme un père. Il dispense louanges et récompenses et n’use de la verge que dans des cas très exceptionnels. Il arrive que l’on recoure au soin de plusieurs précepteurs au cours de l’éducation d’un enfant, mais c’est plutôt rare et il y a dans tous les cas toujours un précepteur principal, plus important que les autres. On préfère de loin s’assurer la fidélité d’un précepteur qui accompagnera l’enfant dans toutes étapes de sa vie quotidienne (l’enseignement des bonnes manières comme l’enseignement moral et intellectuel) jusqu’à l’âge adulte. L’âge moyen pour commencer cette éducation se situe vers sept ans, mais Érasme, qui prônait un enseignement des plus précoces pour soustraire l’enfant à l’influence pernicieuse des nourrices, préconisait de commencer dès l’âge de trois ans.

Le précepteur : portrait-robot d’un maître très particulier

1.3.2.1. Portait-robot d'un précepteur

Le précepteur est un clerc, c’est-à-dire un intellectuel, engagé pour dispenser un enseignement particulier à un enfant, fille ou garçon, issu d’une famille aisée, noble ou princière. Richement rétribués, souvent logés et nourris, les plus chanceux d’entre eux jouissent d’une situation très enviable à la cour d’un prince ou d’une princesse en qui ils peuvent parfois trouver un mécène et un protecteur à vie. À l’instar de son modèle antique (la star des précepteurs est le grec Xénophon, qui ne fut rien de moins que le précepteur d’Alexandre le Grand) ou mythologique (le centaure Chiron, précepteur des plus grands héros tels Hercule et Achille), le parfait précepteur est un homme sage et prudent. Érasme en fait en plus un pédagogue patient et tolérant, volontiers joueur, que l’élève ne doit pas craindre mais au contraire aimer comme un père. Il dispense louanges et récompenses et n’use de la verge que dans des cas très exceptionnels. Il arrive que l’on recoure au soin de plusieurs précepteurs au cours de l’éducation d’un enfant, mais c’est plutôt rare et il y a dans tous les cas toujours un précepteur principal, plus important que les autres. On préfère de loin s’assurer la fidélité d’un précepteur qui accompagnera l’enfant dans toutes étapes de sa vie quotidienne (l’enseignement des bonnes manières comme l’enseignement moral et intellectuel) jusqu’à l’âge adulte. L’âge moyen pour commencer cette éducation se situe vers sept ans, mais Érasme, qui prônait un enseignement des plus précoces pour soustraire l’enfant à l’influence pernicieuse des nourrices, préconisait de commencer dès l’âge de trois ans.

Le précepteur : portrait-robot d’un maître très particulier

1.3.2.1. Portait-robot d'un précepteur

Le précepteur est un clerc, c’est-à-dire un intellectuel, engagé pour dispenser un enseignement particulier à un enfant, fille ou garçon, issu d’une famille aisée, noble ou princière. Richement rétribués, souvent logés et nourris, les plus chanceux d’entre eux jouissent d’une situation très enviable à la cour d’un prince ou d’une princesse en qui ils peuvent parfois trouver un mécène et un protecteur à vie. À l’instar de son modèle antique (la star des précepteurs est le grec Xénophon, qui ne fut rien de moins que le précepteur d’Alexandre le Grand) ou mythologique (le centaure Chiron, précepteur des plus grands héros tels Hercule et Achille), le parfait précepteur est un homme sage et prudent. Érasme en fait en plus un pédagogue patient et tolérant, volontiers joueur, que l’élève ne doit pas craindre mais au contraire aimer comme un père. Il dispense louanges et récompenses et n’use de la verge que dans des cas très exceptionnels. Il arrive que l’on recoure au soin de plusieurs précepteurs au cours de l’éducation d’un enfant, mais c’est plutôt rare et il y a dans tous les cas toujours un précepteur principal, plus important que les autres. On préfère de loin s’assurer la fidélité d’un précepteur qui accompagnera l’enfant dans toutes étapes de sa vie quotidienne (l’enseignement des bonnes manières comme l’enseignement moral et intellectuel) jusqu’à l’âge adulte. L’âge moyen pour commencer cette éducation se situe vers sept ans, mais Érasme, qui prônait un enseignement des plus précoces pour soustraire l’enfant à l’influence pernicieuse des nourrices, préconisait de commencer dès l’âge de trois ans.

À CONSULTER...

Le précepteur : portrait-robot d’un maître très particulier

1.3.2.1. Portait-robot d'un précepteur

Le précepteur est un clerc, c’est-à-dire un intellectuel, engagé pour dispenser un enseignement particulier à un enfant, fille ou garçon, issu d’une famille aisée, noble ou princière. Richement rétribués, souvent logés et nourris, les plus chanceux d’entre eux jouissent d’une situation très enviable à la cour d’un prince ou d’une princesse en qui ils peuvent parfois trouver un mécène et un protecteur à vie. À l’instar de son modèle antique (la star des précepteurs est le grec Xénophon, qui ne fut rien de moins que le précepteur d’Alexandre le Grand) ou mythologique (le centaure Chiron, précepteur des plus grands héros tels Hercule et Achille), le parfait précepteur est un homme sage et prudent. Érasme en fait en plus un pédagogue patient et tolérant, volontiers joueur, que l’élève ne doit pas craindre mais au contraire aimer comme un père. Il dispense louanges et récompenses et n’use de la verge que dans des cas très exceptionnels. Il arrive que l’on recoure au soin de plusieurs précepteurs au cours de l’éducation d’un enfant, mais c’est plutôt rare et il y a dans tous les cas toujours un précepteur principal, plus important que les autres. On préfère de loin s’assurer la fidélité d’un précepteur qui accompagnera l’enfant dans toutes étapes de sa vie quotidienne (l’enseignement des bonnes manières comme l’enseignement moral et intellectuel) jusqu’à l’âge adulte. L’âge moyen pour commencer cette éducation se situe vers sept ans, mais Érasme, qui prônait un enseignement des plus précoces pour soustraire l’enfant à l’influence pernicieuse des nourrices, préconisait de commencer dès l’âge de trois ans.

Plan de l’exposition :

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes