ACCUEIL À PROPOS CRÉDITSMENTIONS LÉGALESPORTAIL ENJEU[X]

RETOUR AUX CHAPITRES

Extraits d’un échange de courriels entre le principal du collège et les chercheures à propos des retours de l’action

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Selon vous, qu’a apporté le projet :

  • aux élèves de l’UPE2A ? notamment concernant leurs représentations sur leurs langues (familiales…), sur leurs apprentissages (les compétences acquises antérieurement), et également à ce que le projet a pu apporter concernant la maitrise du français et leurs apprentissages scolaires.

Il me semble qu’ils ont été rassurés sur le regard que l’on porte sur eux, sur leur langue, sur l’intérêt et la richesse que représentent les rencontres de personnes provenant d’horizons différents. […] ils ont été productifs et cela est positif. La communication se fait donc progressivement davantage avec des mots.

  • à leurs familles ?

Le projet permet de faire entrer davantage les familles dans le collège, et de les rassurer. Ils prennent conscience qu’à l’école, on prend aussi en compte ce qu’ils sont, on est curieux de l’endroit d’où ils viennent et de leur culture.

  • aux autres élèves du collège ? Je pense notamment à l’enquête qui a été menée dans toutes les classes du collège sur les langues parlées dans les familles, les lieux de naissance des parents et grands-parents, les mots clés attachés au mot « migration-immigration-émigration » ?

Les élèves du collège Berthelot sont habitués à rencontrer des enfants provenant de pays très variés. Il y a ici une belle harmonie. Le projet permet d’aller plus loin. […] La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. Mais cela se fait sans doute dans les classes sans que l’on soit toujours explicitement au courant.

  • à l’équipe de direction / à vous ?

Pour l’équipe de direction, permettre que les élèves puissent venir apprendre dans les meilleures conditions est un point fondamental. Pour cela, le respect de l’autre s’impose. Cela implique donc de mieux le connaître et de prendre conscience qu’il y a d’autres manières de penser. Il s’agit donc de développer la curiosité sur ce que sont les autres et de construire les terrains d’entente.

D’un point de vue personnel, j’ai eu l’immense plaisir de faire connaissance avec des élèves qui m’ont fait découvrir, avec de grands sourires, leur pays, leur langue, leur culture, leur cuisine… ils se sont amusés avec l’accent que je peux avoir ou le défaut de prononciation lorsque j’essaie de répéter un mot de leur langue. Ils ont alors pu mesurer, je l’espère, les compétences particulières qu’ils maîtrisent.

Plan de l’exposition →
Imaginaires plurilingues entre familles et écoles : expériences, parcours, démarches didactiques

Selon vous, qu’a apporté le projet :

  • aux élèves de l’UPE2A ? notamment concernant leurs représentations sur leurs langues (familiales…), sur leurs apprentissages (les compétences acquises antérieurement), et également à ce que le projet a pu apporter concernant la maitrise du français et leurs apprentissages scolaires.

Il me semble qu’ils ont été rassurés sur le regard que l’on porte sur eux, sur leur langue, sur l’intérêt et la richesse que représentent les rencontres de personnes provenant d’horizons différents. […] ils ont été productifs et cela est positif. La communication se fait donc progressivement davantage avec des mots.

  • à leurs familles ?

Le projet permet de faire entrer davantage les familles dans le collège, et de les rassurer. Ils prennent conscience qu’à l’école, on prend aussi en compte ce qu’ils sont, on est curieux de l’endroit d’où ils viennent et de leur culture.

  • aux autres élèves du collège ? Je pense notamment à l’enquête qui a été menée dans toutes les classes du collège sur les langues parlées dans les familles, les lieux de naissance des parents et grands-parents, les mots clés attachés au mot « migration-immigration-émigration » ?

Les élèves du collège Berthelot sont habitués à rencontrer des enfants provenant de pays très variés. Il y a ici une belle harmonie. Le projet permet d’aller plus loin. […] La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. Mais cela se fait sans doute dans les classes sans que l’on soit toujours explicitement au courant.

  • à l’équipe de direction / à vous ?

Pour l’équipe de direction, permettre que les élèves puissent venir apprendre dans les meilleures conditions est un point fondamental. Pour cela, le respect de l’autre s’impose. Cela implique donc de mieux le connaître et de prendre conscience qu’il y a d’autres manières de penser. Il s’agit donc de développer la curiosité sur ce que sont les autres et de construire les terrains d’entente.

D’un point de vue personnel, j’ai eu l’immense plaisir de faire connaissance avec des élèves qui m’ont fait découvrir, avec de grands sourires, leur pays, leur langue, leur culture, leur cuisine… ils se sont amusés avec l’accent que je peux avoir ou le défaut de prononciation lorsque j’essaie de répéter un mot de leur langue. Ils ont alors pu mesurer, je l’espère, les compétences particulières qu’ils maîtrisent.

Selon vous, qu’a apporté le projet :

  • aux élèves de l’UPE2A ? notamment concernant leurs représentations sur leurs langues (familiales…), sur leurs apprentissages (les compétences acquises antérieurement), et également à ce que le projet a pu apporter concernant la maitrise du français et leurs apprentissages scolaires.

Il me semble qu’ils ont été rassurés sur le regard que l’on porte sur eux, sur leur langue, sur l’intérêt et la richesse que représentent les rencontres de personnes provenant d’horizons différents. […] ils ont été productifs et cela est positif. La communication se fait donc progressivement davantage avec des mots.

  • à leurs familles ?

Le projet permet de faire entrer davantage les familles dans le collège, et de les rassurer. Ils prennent conscience qu’à l’école, on prend aussi en compte ce qu’ils sont, on est curieux de l’endroit d’où ils viennent et de leur culture.

  • aux autres élèves du collège ? Je pense notamment à l’enquête qui a été menée dans toutes les classes du collège sur les langues parlées dans les familles, les lieux de naissance des parents et grands-parents, les mots clés attachés au mot « migration-immigration-émigration » ?

Les élèves du collège Berthelot sont habitués à rencontrer des enfants provenant de pays très variés. Il y a ici une belle harmonie. Le projet permet d’aller plus loin. […] La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. Mais cela se fait sans doute dans les classes sans que l’on soit toujours explicitement au courant.

  • à l’équipe de direction / à vous ?

Pour l’équipe de direction, permettre que les élèves puissent venir apprendre dans les meilleures conditions est un point fondamental. Pour cela, le respect de l’autre s’impose. Cela implique donc de mieux le connaître et de prendre conscience qu’il y a d’autres manières de penser. Il s’agit donc de développer la curiosité sur ce que sont les autres et de construire les terrains d’entente.

D’un point de vue personnel, j’ai eu l’immense plaisir de faire connaissance avec des élèves qui m’ont fait découvrir, avec de grands sourires, leur pays, leur langue, leur culture, leur cuisine… ils se sont amusés avec l’accent que je peux avoir ou le défaut de prononciation lorsque j’essaie de répéter un mot de leur langue. Ils ont alors pu mesurer, je l’espère, les compétences particulières qu’ils maîtrisent.

À CONSULTER...

Selon vous, qu’a apporté le projet :

  • aux élèves de l’UPE2A ? notamment concernant leurs représentations sur leurs langues (familiales…), sur leurs apprentissages (les compétences acquises antérieurement), et également à ce que le projet a pu apporter concernant la maitrise du français et leurs apprentissages scolaires.

Il me semble qu’ils ont été rassurés sur le regard que l’on porte sur eux, sur leur langue, sur l’intérêt et la richesse que représentent les rencontres de personnes provenant d’horizons différents. […] ils ont été productifs et cela est positif. La communication se fait donc progressivement davantage avec des mots.

  • à leurs familles ?

Le projet permet de faire entrer davantage les familles dans le collège, et de les rassurer. Ils prennent conscience qu’à l’école, on prend aussi en compte ce qu’ils sont, on est curieux de l’endroit d’où ils viennent et de leur culture.

  • aux autres élèves du collège ? Je pense notamment à l’enquête qui a été menée dans toutes les classes du collège sur les langues parlées dans les familles, les lieux de naissance des parents et grands-parents, les mots clés attachés au mot « migration-immigration-émigration » ?

Les élèves du collège Berthelot sont habitués à rencontrer des enfants provenant de pays très variés. Il y a ici une belle harmonie. Le projet permet d’aller plus loin. […] La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. La difficulté reste cependant dans la restitution à tous des résultats et dans la possibilité de créer des moments de paroles. Mais cela se fait sans doute dans les classes sans que l’on soit toujours explicitement au courant.

  • à l’équipe de direction / à vous ?

Pour l’équipe de direction, permettre que les élèves puissent venir apprendre dans les meilleures conditions est un point fondamental. Pour cela, le respect de l’autre s’impose. Cela implique donc de mieux le connaître et de prendre conscience qu’il y a d’autres manières de penser. Il s’agit donc de développer la curiosité sur ce que sont les autres et de construire les terrains d’entente.

D’un point de vue personnel, j’ai eu l’immense plaisir de faire connaissance avec des élèves qui m’ont fait découvrir, avec de grands sourires, leur pays, leur langue, leur culture, leur cuisine… ils se sont amusés avec l’accent que je peux avoir ou le défaut de prononciation lorsque j’essaie de répéter un mot de leur langue. Ils ont alors pu mesurer, je l’espère, les compétences particulières qu’ils maîtrisent.

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes