ACCUEIL À PROPOS CRÉDITSMENTIONS LÉGALESPORTAIL ENJEU[X]

RETOUR AUX CHAPITRES

Tests sur les compétences morphologiques

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Ce pré -test a été passé dans des classes de CP et de CE1 (une centaine élèves testés dans des classes REP+ ou non). La variable retenue est définie selon 4 options :

  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS et CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS
  • élèves qui n’ont jamais suivi d’activités plurilingues

Les résultats montrent :

  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL sur une activité de mise en correspondance singulier / pluriel dans une langue inconnue à partir d’un modèle à observer
img01
  • les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL manifestent de façon massive un conflit cognitif lors de la présentation d’un adjectif devant être associé (en fonction de l’accord grammatical) à une image en opposition avec ce que l’habitude ou l’affectivité leur ferait choisir. Par exemple ici : l’adjectif « gentille » doit être associé à « sorcière » et non à « chaton ».
img02
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique (s’aider de la ressemblance entre les mots lus par l’adulte pour trouver le petit d’un animal).
img03
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique à l’écrit (associer deux mots de la même famille) en français.
img04

Ces résultats montrent que les élèves ayant bénéficié d’activités plurilingues ont développé une capacité plus marquée à s’abstraire de l’affectif pour s’intéresser à la forme (morphologique ou grammaticale) du mot et à comprendre rapidement le fonctionnement et la fonction de certains marqueurs grammaticaux que ce soit en français ou en langue inconnue.

Plan de l’exposition →
Imaginaires plurilingues entre familles et écoles : expériences, parcours, démarches didactiques

Ce pré -test a été passé dans des classes de CP et de CE1 (une centaine élèves testés dans des classes REP+ ou non). La variable retenue est définie selon 4 options :

  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS et CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS
  • élèves qui n’ont jamais suivi d’activités plurilingues

Les résultats montrent :

  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL sur une activité de mise en correspondance singulier / pluriel dans une langue inconnue à partir d’un modèle à observer
img01
  • les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL manifestent de façon massive un conflit cognitif lors de la présentation d’un adjectif devant être associé (en fonction de l’accord grammatical) à une image en opposition avec ce que l’habitude ou l’affectivité leur ferait choisir. Par exemple ici : l’adjectif « gentille » doit être associé à « sorcière » et non à « chaton ».
img02
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique (s’aider de la ressemblance entre les mots lus par l’adulte pour trouver le petit d’un animal).
img03
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique à l’écrit (associer deux mots de la même famille) en français.
img04

Ces résultats montrent que les élèves ayant bénéficié d’activités plurilingues ont développé une capacité plus marquée à s’abstraire de l’affectif pour s’intéresser à la forme (morphologique ou grammaticale) du mot et à comprendre rapidement le fonctionnement et la fonction de certains marqueurs grammaticaux que ce soit en français ou en langue inconnue.

Ce pré -test a été passé dans des classes de CP et de CE1 (une centaine élèves testés dans des classes REP+ ou non). La variable retenue est définie selon 4 options :

  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS et CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS
  • élèves qui n’ont jamais suivi d’activités plurilingues

Les résultats montrent :

  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL sur une activité de mise en correspondance singulier / pluriel dans une langue inconnue à partir d’un modèle à observer
img01
  • les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL manifestent de façon massive un conflit cognitif lors de la présentation d’un adjectif devant être associé (en fonction de l’accord grammatical) à une image en opposition avec ce que l’habitude ou l’affectivité leur ferait choisir. Par exemple ici : l’adjectif « gentille » doit être associé à « sorcière » et non à « chaton ».
img02
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique (s’aider de la ressemblance entre les mots lus par l’adulte pour trouver le petit d’un animal).
img03
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique à l’écrit (associer deux mots de la même famille) en français.
img04

Ces résultats montrent que les élèves ayant bénéficié d’activités plurilingues ont développé une capacité plus marquée à s’abstraire de l’affectif pour s’intéresser à la forme (morphologique ou grammaticale) du mot et à comprendre rapidement le fonctionnement et la fonction de certains marqueurs grammaticaux que ce soit en français ou en langue inconnue.

À CONSULTER...

Ce pré -test a été passé dans des classes de CP et de CE1 (une centaine élèves testés dans des classes REP+ ou non). La variable retenue est définie selon 4 options :

  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS et CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en CP
  • élèves qui ont suivi des activités plurilingues (EAL Eveil Aux Langues) en GS
  • élèves qui n’ont jamais suivi d’activités plurilingues

Les résultats montrent :

  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL sur une activité de mise en correspondance singulier / pluriel dans une langue inconnue à partir d’un modèle à observer
img01
  • les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL manifestent de façon massive un conflit cognitif lors de la présentation d’un adjectif devant être associé (en fonction de l’accord grammatical) à une image en opposition avec ce que l’habitude ou l’affectivité leur ferait choisir. Par exemple ici : l’adjectif « gentille » doit être associé à « sorcière » et non à « chaton ».
img02
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique (s’aider de la ressemblance entre les mots lus par l’adulte pour trouver le petit d’un animal).
img03
  • un score de réussite très élevé pour les élèves ayant bénéficié d’activités d’EAL dans une activité d’analyse morphologique à l’écrit (associer deux mots de la même famille) en français.
img04

Ces résultats montrent que les élèves ayant bénéficié d’activités plurilingues ont développé une capacité plus marquée à s’abstraire de l’affectif pour s’intéresser à la forme (morphologique ou grammaticale) du mot et à comprendre rapidement le fonctionnement et la fonction de certains marqueurs grammaticaux que ce soit en français ou en langue inconnue.

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes