Le site est en maintenance. Des problèmes d'affichage peuvent apparaître.
ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre I

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Le latin est mort, vive le latin !

1.2.3.1 Le latin est mort, vive le latin

Le latin, tel le Phénix, renaît de ses cendres, il se succède à lui-même. Sur ce point, le latin se distingue du grec et de l’hébreu : son usage s’est transmis régulièrement dès les origines et s’est répandu à travers toute l’Europe pour devenir une langue de culture vivante, bien avant l’anglais. Si le latin littéraire est réservé à une élite cultivée, il existe aussi un latin « vulgaire », qui se répartit dans les dialectes romans. La prédication chrétienne contribue également à propager le latin sous ses formes orales et écrites.

Cette « domination linguistique » est si prégnante qu’Érasme, dans sa Préface à la paraphrase de saint Mathieu, réclame que l’on prononce l’Evangile dans sa langue natale, en français, en breton, en allemand… ou en indien ! François Ier, en 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts), décrète que, pour plus de clarté, le « langaige maternel français » validera tout acte de justice.

Le latin est la valeur culturelle par excellence, la « clef des sciences ». Selon le Dictionnaire de Furetière (1690), on dit d’un homme ignorant « qu’il ne sait ni Grec, ni Latin ». Le Dictionnaire de l’Académie (1694) donne quelques expressions éclairantes : « On appelle l’Université Le Pays Latin ; on dit, Cela sent le Pays Latin, pour dire, Cela sent le Collège ». On parle encore du Quartier Latin. Les expressions « latin de cuisine » et « y perdre son latin » sont restées également. Grammaires et lexiques fleurissent : Robert Estienne publie son Latinae linguae Thesaurus (Trésor de la langue latine) en 1531 à Paris ; Scaliger publie à Lyon, en 1540, son De causis linguae Latinae (Les Origines de la langue latine). Il poursuit une tradition initiée par Guarino de Vérone, qui édite en 1418 des Regulae grammaticales (Règles grammaticales).

Sur le plan pédagogique, en fonction des niveaux, on tire de la langue latine une utilité variée. On peut distinguer diverses démarches éducatives : première démarche, celle qui nous semble la plus naturelle, aller directement à la source latine : par exemple, le maître fait apprendre les Disticha Catonis, sentences morales attribuées à Caton, exemple-type de la vertu romaine. La brièveté de chacun des distiques (unité de deux vers) est fort commode, facile à mémoriser.

Autre approche, le bilinguisme : de nombreux textes grecs sont traduits en latin, ce qui permet de garder le contenu, l’essence du message grec, par une vulgarisation latine. Ainsi, les Fables attribuées à Ésope sont transposées en latin, outil de seconde main que les élèves apprennent à manier.

Enfin, les humanistes eux-mêmes « fabriquent » du latin, que l’on appelle aujourd’hui du « néo-latin » : les Adagia d’Érasme (1500) sont une encyclopédie d’adages, de proverbes, d’expressions figées en grec et en latin. Mieux encore, dans un esprit de « culture pratique », Érasme rédige des Formules de conversation familière, les Familiarum colloquiorum formulae (1518), classées par sujets, petit prototype de nos méthodes de langue étrangère Assimil ! Cela implique une pratique orale liée au quotidien. Les Colloques eurent une large audience pédagogique, ce qui implique que la méthode humaniste concerne même les « petites choses » en vue de choses plus grandes.

Certes les puristes pourraient se demander si ce latin artificiel est le meilleur. En tout cas, même si Érasme et d’autres ne sont pas la réincarnation de Cicéron ou d’Augustin, ils s’expriment dans un latin très fréquentable.

À un degré supérieur, on étudie des œuvres, et non des fragments choisis, et on prend comme références les grands auteurs latins, notamment Cicéron pour la prose. Ses traités les plus visités sont le De Amicitia et le De Senectute (« sur l’amitié » et « sur la vieillesse »). Sa correspondance (ars dictaminis) est constamment exploitée (il s’agit de sa correspondance familière Ad Familiares). L’intérêt est double, puisque l’enseignant peut préconiser un modèle stylistique et linguistique tout en amenant ses étudiants à en questionner le contenu idéologique. Le choix moral l’emporte parfois au détriment du talent : ainsi, dans le domaine de la comédie latine, au lieu de Plaute, à la langue plus archaïque, mais plus audacieuse, on préfère la juste mesure de Térence.

Par ailleurs, l’histoire romaine et ses grandes figures sont familières aux collégiens par l’intermédiaire de Tite-Live ou de Plutarque. Certains héros romains, à la frontière de l’histoire et de la légende, sont propres à enflammer l’imagination des jeunes garçons, comme le confessent certains écrivains se retournant sur leur enfance.

La culture latine offrait-elle des débouchés aux XVIe et XVIIe siècles ? On peut, sans trop d’artifice, distinguer le latin pour professionnels, celui des juristes et des médecins (chez Molière, les médecins soignent encore en latin…), et le latin qui mène aux études de théologie.

Il y a, bien entendu, le latin des poètes, et Joachim du Bellay avoue que son cœur est partagé entre la Muse latine, séduisante à souhait, et la Muse française, plus régulièrement sage. Le latin que dispensent les petites écoles et les collèges peut mener au désir d’une re-création cultivée. Dans cette mesure, on peut affirmer que le latin de la Renaissance est un latin vivant, multiple, alibi des pédants, outil majeur des penseurs et des théologiens. Bien des opuscules et des traités sont encore aujourd’hui à traduire du latin, qui vit en secret et attend sa seconde renaissance.

Le latin est mort, vive le latin !

1.2.3.1 Le latin est mort, vive le latin

Le latin, tel le Phénix, renaît de ses cendres, il se succède à lui-même. Sur ce point, le latin se distingue du grec et de l’hébreu : son usage s’est transmis régulièrement dès les origines et s’est répandu à travers toute l’Europe pour devenir une langue de culture vivante, bien avant l’anglais. Si le latin littéraire est réservé à une élite cultivée, il existe aussi un latin « vulgaire », qui se répartit dans les dialectes romans. La prédication chrétienne contribue également à propager le latin sous ses formes orales et écrites.

Cette « domination linguistique » est si prégnante qu’Érasme, dans sa Préface à la paraphrase de saint Mathieu, réclame que l’on prononce l’Evangile dans sa langue natale, en français, en breton, en allemand… ou en indien ! François Ier, en 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts), décrète que, pour plus de clarté, le « langaige maternel français » validera tout acte de justice.

Le latin est la valeur culturelle par excellence, la « clef des sciences ». Selon le Dictionnaire de Furetière (1690), on dit d’un homme ignorant « qu’il ne sait ni Grec, ni Latin ». Le Dictionnaire de l’Académie (1694) donne quelques expressions éclairantes : « On appelle l’Université Le Pays Latin ; on dit, Cela sent le Pays Latin, pour dire, Cela sent le Collège ». On parle encore du Quartier Latin. Les expressions « latin de cuisine » et « y perdre son latin » sont restées également. Grammaires et lexiques fleurissent : Robert Estienne publie son Latinae linguae Thesaurus (Trésor de la langue latine) en 1531 à Paris ; Scaliger publie à Lyon, en 1540, son De causis linguae Latinae (Les Origines de la langue latine). Il poursuit une tradition initiée par Guarino de Vérone, qui édite en 1418 des Regulae grammaticales (Règles grammaticales).

Sur le plan pédagogique, en fonction des niveaux, on tire de la langue latine une utilité variée. On peut distinguer diverses démarches éducatives : première démarche, celle qui nous semble la plus naturelle, aller directement à la source latine : par exemple, le maître fait apprendre les Disticha Catonis, sentences morales attribuées à Caton, exemple-type de la vertu romaine. La brièveté de chacun des distiques (unité de deux vers) est fort commode, facile à mémoriser.

Autre approche, le bilinguisme : de nombreux textes grecs sont traduits en latin, ce qui permet de garder le contenu, l’essence du message grec, par une vulgarisation latine. Ainsi, les Fables attribuées à Ésope sont transposées en latin, outil de seconde main que les élèves apprennent à manier.

Enfin, les humanistes eux-mêmes « fabriquent » du latin, que l’on appelle aujourd’hui du « néo-latin » : les Adagia d’Érasme (1500) sont une encyclopédie d’adages, de proverbes, d’expressions figées en grec et en latin. Mieux encore, dans un esprit de « culture pratique », Érasme rédige des Formules de conversation familière, les Familiarum colloquiorum formulae (1518), classées par sujets, petit prototype de nos méthodes de langue étrangère Assimil ! Cela implique une pratique orale liée au quotidien. Les Colloques eurent une large audience pédagogique, ce qui implique que la méthode humaniste concerne même les « petites choses » en vue de choses plus grandes.

Certes les puristes pourraient se demander si ce latin artificiel est le meilleur. En tout cas, même si Érasme et d’autres ne sont pas la réincarnation de Cicéron ou d’Augustin, ils s’expriment dans un latin très fréquentable.

À un degré supérieur, on étudie des œuvres, et non des fragments choisis, et on prend comme références les grands auteurs latins, notamment Cicéron pour la prose. Ses traités les plus visités sont le De Amicitia et le De Senectute (« sur l’amitié » et « sur la vieillesse »). Sa correspondance (ars dictaminis) est constamment exploitée (il s’agit de sa correspondance familière Ad Familiares). L’intérêt est double, puisque l’enseignant peut préconiser un modèle stylistique et linguistique tout en amenant ses étudiants à en questionner le contenu idéologique. Le choix moral l’emporte parfois au détriment du talent : ainsi, dans le domaine de la comédie latine, au lieu de Plaute, à la langue plus archaïque, mais plus audacieuse, on préfère la juste mesure de Térence.

Par ailleurs, l’histoire romaine et ses grandes figures sont familières aux collégiens par l’intermédiaire de Tite-Live ou de Plutarque. Certains héros romains, à la frontière de l’histoire et de la légende, sont propres à enflammer l’imagination des jeunes garçons, comme le confessent certains écrivains se retournant sur leur enfance.

La culture latine offrait-elle des débouchés aux XVIe et XVIIe siècles ? On peut, sans trop d’artifice, distinguer le latin pour professionnels, celui des juristes et des médecins (chez Molière, les médecins soignent encore en latin…), et le latin qui mène aux études de théologie.

Il y a, bien entendu, le latin des poètes, et Joachim du Bellay avoue que son cœur est partagé entre la Muse latine, séduisante à souhait, et la Muse française, plus régulièrement sage. Le latin que dispensent les petites écoles et les collèges peut mener au désir d’une re-création cultivée. Dans cette mesure, on peut affirmer que le latin de la Renaissance est un latin vivant, multiple, alibi des pédants, outil majeur des penseurs et des théologiens. Bien des opuscules et des traités sont encore aujourd’hui à traduire du latin, qui vit en secret et attend sa seconde renaissance.

Le latin est mort, vive le latin !

1.2.3.1 Le latin est mort, vive le latin

Le latin, tel le Phénix, renaît de ses cendres, il se succède à lui-même. Sur ce point, le latin se distingue du grec et de l’hébreu : son usage s’est transmis régulièrement dès les origines et s’est répandu à travers toute l’Europe pour devenir une langue de culture vivante, bien avant l’anglais. Si le latin littéraire est réservé à une élite cultivée, il existe aussi un latin « vulgaire », qui se répartit dans les dialectes romans. La prédication chrétienne contribue également à propager le latin sous ses formes orales et écrites.

Cette « domination linguistique » est si prégnante qu’Érasme, dans sa Préface à la paraphrase de saint Mathieu, réclame que l’on prononce l’Evangile dans sa langue natale, en français, en breton, en allemand… ou en indien ! François Ier, en 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts), décrète que, pour plus de clarté, le « langaige maternel français » validera tout acte de justice.

Le latin est la valeur culturelle par excellence, la « clef des sciences ». Selon le Dictionnaire de Furetière (1690), on dit d’un homme ignorant « qu’il ne sait ni Grec, ni Latin ». Le Dictionnaire de l’Académie (1694) donne quelques expressions éclairantes : « On appelle l’Université Le Pays Latin ; on dit, Cela sent le Pays Latin, pour dire, Cela sent le Collège ». On parle encore du Quartier Latin. Les expressions « latin de cuisine » et « y perdre son latin » sont restées également. Grammaires et lexiques fleurissent : Robert Estienne publie son Latinae linguae Thesaurus (Trésor de la langue latine) en 1531 à Paris ; Scaliger publie à Lyon, en 1540, son De causis linguae Latinae (Les Origines de la langue latine). Il poursuit une tradition initiée par Guarino de Vérone, qui édite en 1418 des Regulae grammaticales (Règles grammaticales).

Sur le plan pédagogique, en fonction des niveaux, on tire de la langue latine une utilité variée. On peut distinguer diverses démarches éducatives : première démarche, celle qui nous semble la plus naturelle, aller directement à la source latine : par exemple, le maître fait apprendre les Disticha Catonis, sentences morales attribuées à Caton, exemple-type de la vertu romaine. La brièveté de chacun des distiques (unité de deux vers) est fort commode, facile à mémoriser.

Autre approche, le bilinguisme : de nombreux textes grecs sont traduits en latin, ce qui permet de garder le contenu, l’essence du message grec, par une vulgarisation latine. Ainsi, les Fables attribuées à Ésope sont transposées en latin, outil de seconde main que les élèves apprennent à manier.

Enfin, les humanistes eux-mêmes « fabriquent » du latin, que l’on appelle aujourd’hui du « néo-latin » : les Adagia d’Érasme (1500) sont une encyclopédie d’adages, de proverbes, d’expressions figées en grec et en latin. Mieux encore, dans un esprit de « culture pratique », Érasme rédige des Formules de conversation familière, les Familiarum colloquiorum formulae (1518), classées par sujets, petit prototype de nos méthodes de langue étrangère Assimil ! Cela implique une pratique orale liée au quotidien. Les Colloques eurent une large audience pédagogique, ce qui implique que la méthode humaniste concerne même les « petites choses » en vue de choses plus grandes.

Certes les puristes pourraient se demander si ce latin artificiel est le meilleur. En tout cas, même si Érasme et d’autres ne sont pas la réincarnation de Cicéron ou d’Augustin, ils s’expriment dans un latin très fréquentable.

À un degré supérieur, on étudie des œuvres, et non des fragments choisis, et on prend comme références les grands auteurs latins, notamment Cicéron pour la prose. Ses traités les plus visités sont le De Amicitia et le De Senectute (« sur l’amitié » et « sur la vieillesse »). Sa correspondance (ars dictaminis) est constamment exploitée (il s’agit de sa correspondance familière Ad Familiares). L’intérêt est double, puisque l’enseignant peut préconiser un modèle stylistique et linguistique tout en amenant ses étudiants à en questionner le contenu idéologique. Le choix moral l’emporte parfois au détriment du talent : ainsi, dans le domaine de la comédie latine, au lieu de Plaute, à la langue plus archaïque, mais plus audacieuse, on préfère la juste mesure de Térence.

Par ailleurs, l’histoire romaine et ses grandes figures sont familières aux collégiens par l’intermédiaire de Tite-Live ou de Plutarque. Certains héros romains, à la frontière de l’histoire et de la légende, sont propres à enflammer l’imagination des jeunes garçons, comme le confessent certains écrivains se retournant sur leur enfance.

La culture latine offrait-elle des débouchés aux XVIe et XVIIe siècles ? On peut, sans trop d’artifice, distinguer le latin pour professionnels, celui des juristes et des médecins (chez Molière, les médecins soignent encore en latin…), et le latin qui mène aux études de théologie.

Il y a, bien entendu, le latin des poètes, et Joachim du Bellay avoue que son cœur est partagé entre la Muse latine, séduisante à souhait, et la Muse française, plus régulièrement sage. Le latin que dispensent les petites écoles et les collèges peut mener au désir d’une re-création cultivée. Dans cette mesure, on peut affirmer que le latin de la Renaissance est un latin vivant, multiple, alibi des pédants, outil majeur des penseurs et des théologiens. Bien des opuscules et des traités sont encore aujourd’hui à traduire du latin, qui vit en secret et attend sa seconde renaissance.

À CONSULTER...

Le latin est mort, vive le latin !

1.2.3.1 Le latin est mort, vive le latin

Le latin, tel le Phénix, renaît de ses cendres, il se succède à lui-même. Sur ce point, le latin se distingue du grec et de l’hébreu : son usage s’est transmis régulièrement dès les origines et s’est répandu à travers toute l’Europe pour devenir une langue de culture vivante, bien avant l’anglais. Si le latin littéraire est réservé à une élite cultivée, il existe aussi un latin « vulgaire », qui se répartit dans les dialectes romans. La prédication chrétienne contribue également à propager le latin sous ses formes orales et écrites.

Cette « domination linguistique » est si prégnante qu’Érasme, dans sa Préface à la paraphrase de saint Mathieu, réclame que l’on prononce l’Evangile dans sa langue natale, en français, en breton, en allemand… ou en indien ! François Ier, en 1539 (ordonnance de Villers-Cotterêts), décrète que, pour plus de clarté, le « langaige maternel français » validera tout acte de justice.

Le latin est la valeur culturelle par excellence, la « clef des sciences ». Selon le Dictionnaire de Furetière (1690), on dit d’un homme ignorant « qu’il ne sait ni Grec, ni Latin ». Le Dictionnaire de l’Académie (1694) donne quelques expressions éclairantes : « On appelle l’Université Le Pays Latin ; on dit, Cela sent le Pays Latin, pour dire, Cela sent le Collège ». On parle encore du Quartier Latin. Les expressions « latin de cuisine » et « y perdre son latin » sont restées également. Grammaires et lexiques fleurissent : Robert Estienne publie son Latinae linguae Thesaurus (Trésor de la langue latine) en 1531 à Paris ; Scaliger publie à Lyon, en 1540, son De causis linguae Latinae (Les Origines de la langue latine). Il poursuit une tradition initiée par Guarino de Vérone, qui édite en 1418 des Regulae grammaticales (Règles grammaticales).

Sur le plan pédagogique, en fonction des niveaux, on tire de la langue latine une utilité variée. On peut distinguer diverses démarches éducatives : première démarche, celle qui nous semble la plus naturelle, aller directement à la source latine : par exemple, le maître fait apprendre les Disticha Catonis, sentences morales attribuées à Caton, exemple-type de la vertu romaine. La brièveté de chacun des distiques (unité de deux vers) est fort commode, facile à mémoriser.

Autre approche, le bilinguisme : de nombreux textes grecs sont traduits en latin, ce qui permet de garder le contenu, l’essence du message grec, par une vulgarisation latine. Ainsi, les Fables attribuées à Ésope sont transposées en latin, outil de seconde main que les élèves apprennent à manier.

Enfin, les humanistes eux-mêmes « fabriquent » du latin, que l’on appelle aujourd’hui du « néo-latin » : les Adagia d’Érasme (1500) sont une encyclopédie d’adages, de proverbes, d’expressions figées en grec et en latin. Mieux encore, dans un esprit de « culture pratique », Érasme rédige des Formules de conversation familière, les Familiarum colloquiorum formulae (1518), classées par sujets, petit prototype de nos méthodes de langue étrangère Assimil ! Cela implique une pratique orale liée au quotidien. Les Colloques eurent une large audience pédagogique, ce qui implique que la méthode humaniste concerne même les « petites choses » en vue de choses plus grandes.

Certes les puristes pourraient se demander si ce latin artificiel est le meilleur. En tout cas, même si Érasme et d’autres ne sont pas la réincarnation de Cicéron ou d’Augustin, ils s’expriment dans un latin très fréquentable.

À un degré supérieur, on étudie des œuvres, et non des fragments choisis, et on prend comme références les grands auteurs latins, notamment Cicéron pour la prose. Ses traités les plus visités sont le De Amicitia et le De Senectute (« sur l’amitié » et « sur la vieillesse »). Sa correspondance (ars dictaminis) est constamment exploitée (il s’agit de sa correspondance familière Ad Familiares). L’intérêt est double, puisque l’enseignant peut préconiser un modèle stylistique et linguistique tout en amenant ses étudiants à en questionner le contenu idéologique. Le choix moral l’emporte parfois au détriment du talent : ainsi, dans le domaine de la comédie latine, au lieu de Plaute, à la langue plus archaïque, mais plus audacieuse, on préfère la juste mesure de Térence.

Par ailleurs, l’histoire romaine et ses grandes figures sont familières aux collégiens par l’intermédiaire de Tite-Live ou de Plutarque. Certains héros romains, à la frontière de l’histoire et de la légende, sont propres à enflammer l’imagination des jeunes garçons, comme le confessent certains écrivains se retournant sur leur enfance.

La culture latine offrait-elle des débouchés aux XVIe et XVIIe siècles ? On peut, sans trop d’artifice, distinguer le latin pour professionnels, celui des juristes et des médecins (chez Molière, les médecins soignent encore en latin…), et le latin qui mène aux études de théologie.

Il y a, bien entendu, le latin des poètes, et Joachim du Bellay avoue que son cœur est partagé entre la Muse latine, séduisante à souhait, et la Muse française, plus régulièrement sage. Le latin que dispensent les petites écoles et les collèges peut mener au désir d’une re-création cultivée. Dans cette mesure, on peut affirmer que le latin de la Renaissance est un latin vivant, multiple, alibi des pédants, outil majeur des penseurs et des théologiens. Bien des opuscules et des traités sont encore aujourd’hui à traduire du latin, qui vit en secret et attend sa seconde renaissance.

Plan de l’exposition :

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes