Le site est en maintenance. Des problèmes d'affichage peuvent apparaître.
ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre I

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

1.2.5. Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

Depuis l’Antiquité, la morale constitue un volet important de la philosophie et, nécessairement, de l’éducation. Mais « qu’est-ce qu’elle dit cette morale ? » demandera au XVIIe siècle le bourgeois gentilhomme de Molière à son maître de philosophie. Elle dit par exemple qu’il ne faut pas se mettre en colère ou encore qu’il faut cultiver la prudence. Bref, elle parle des vices à fuir et des vertus à acquérir afin de mener une vie de bien et de se comporter en ours bien léché. Une légende antique sur la naissance de l’ourson, né informe et façonné par sa mère à coups de langue, serait à l’origine de cette expression déjà populaire à la Renaissance. C’est Érasme qui, en la reprenant, établit le parallèle avec l’esprit de l’enfant qu’il faut modeler le plus tôt possible afin de ne pas en faire un ours mal léché, c’est-à-dire un être inaccompli, imparfait. L’imitation, poursuit Érasme, est une faculté naturelle de l’enfant qu’il faut exploiter le plus tôt possible afin de l’amener, par l’exemple édifiant de modèles à imiter, à corriger sa nature par trop imparfaite. Le maître ou précepteur doit être bien choisi et posséder lui-même toutes les vertus attendues de l’enfant afin de constituer pour lui un modèle. Il doit être patient et tolérant, car la vertu n’est pas innée et c’est au contraire une habitude qui ne vient qu’avec le temps et l’expérience. Apprendre doit enfin être un plaisir : le fouet n’est pas une solution et seuls les sentiments de honte et de gloire doivent stimuler l’enfant. Vertudieu, tout un programme !

Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

1.2.5. Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

Depuis l’Antiquité, la morale constitue un volet important de la philosophie et, nécessairement, de l’éducation. Mais « qu’est-ce qu’elle dit cette morale ? » demandera au XVIIe siècle le bourgeois gentilhomme de Molière à son maître de philosophie. Elle dit par exemple qu’il ne faut pas se mettre en colère ou encore qu’il faut cultiver la prudence. Bref, elle parle des vices à fuir et des vertus à acquérir afin de mener une vie de bien et de se comporter en ours bien léché. Une légende antique sur la naissance de l’ourson, né informe et façonné par sa mère à coups de langue, serait à l’origine de cette expression déjà populaire à la Renaissance. C’est Érasme qui, en la reprenant, établit le parallèle avec l’esprit de l’enfant qu’il faut modeler le plus tôt possible afin de ne pas en faire un ours mal léché, c’est-à-dire un être inaccompli, imparfait. L’imitation, poursuit Érasme, est une faculté naturelle de l’enfant qu’il faut exploiter le plus tôt possible afin de l’amener, par l’exemple édifiant de modèles à imiter, à corriger sa nature par trop imparfaite. Le maître ou précepteur doit être bien choisi et posséder lui-même toutes les vertus attendues de l’enfant afin de constituer pour lui un modèle. Il doit être patient et tolérant, car la vertu n’est pas innée et c’est au contraire une habitude qui ne vient qu’avec le temps et l’expérience. Apprendre doit enfin être un plaisir : le fouet n’est pas une solution et seuls les sentiments de honte et de gloire doivent stimuler l’enfant. Vertudieu, tout un programme !

Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

1.2.5. Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

Depuis l’Antiquité, la morale constitue un volet important de la philosophie et, nécessairement, de l’éducation. Mais « qu’est-ce qu’elle dit cette morale ? » demandera au XVIIe siècle le bourgeois gentilhomme de Molière à son maître de philosophie. Elle dit par exemple qu’il ne faut pas se mettre en colère ou encore qu’il faut cultiver la prudence. Bref, elle parle des vices à fuir et des vertus à acquérir afin de mener une vie de bien et de se comporter en ours bien léché. Une légende antique sur la naissance de l’ourson, né informe et façonné par sa mère à coups de langue, serait à l’origine de cette expression déjà populaire à la Renaissance. C’est Érasme qui, en la reprenant, établit le parallèle avec l’esprit de l’enfant qu’il faut modeler le plus tôt possible afin de ne pas en faire un ours mal léché, c’est-à-dire un être inaccompli, imparfait. L’imitation, poursuit Érasme, est une faculté naturelle de l’enfant qu’il faut exploiter le plus tôt possible afin de l’amener, par l’exemple édifiant de modèles à imiter, à corriger sa nature par trop imparfaite. Le maître ou précepteur doit être bien choisi et posséder lui-même toutes les vertus attendues de l’enfant afin de constituer pour lui un modèle. Il doit être patient et tolérant, car la vertu n’est pas innée et c’est au contraire une habitude qui ne vient qu’avec le temps et l’expérience. Apprendre doit enfin être un plaisir : le fouet n’est pas une solution et seuls les sentiments de honte et de gloire doivent stimuler l’enfant. Vertudieu, tout un programme !

À CONSULTER...

Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

1.2.5. Vertudieu ! ou de l’enseignement des vertus

Depuis l’Antiquité, la morale constitue un volet important de la philosophie et, nécessairement, de l’éducation. Mais « qu’est-ce qu’elle dit cette morale ? » demandera au XVIIe siècle le bourgeois gentilhomme de Molière à son maître de philosophie. Elle dit par exemple qu’il ne faut pas se mettre en colère ou encore qu’il faut cultiver la prudence. Bref, elle parle des vices à fuir et des vertus à acquérir afin de mener une vie de bien et de se comporter en ours bien léché. Une légende antique sur la naissance de l’ourson, né informe et façonné par sa mère à coups de langue, serait à l’origine de cette expression déjà populaire à la Renaissance. C’est Érasme qui, en la reprenant, établit le parallèle avec l’esprit de l’enfant qu’il faut modeler le plus tôt possible afin de ne pas en faire un ours mal léché, c’est-à-dire un être inaccompli, imparfait. L’imitation, poursuit Érasme, est une faculté naturelle de l’enfant qu’il faut exploiter le plus tôt possible afin de l’amener, par l’exemple édifiant de modèles à imiter, à corriger sa nature par trop imparfaite. Le maître ou précepteur doit être bien choisi et posséder lui-même toutes les vertus attendues de l’enfant afin de constituer pour lui un modèle. Il doit être patient et tolérant, car la vertu n’est pas innée et c’est au contraire une habitude qui ne vient qu’avec le temps et l’expérience. Apprendre doit enfin être un plaisir : le fouet n’est pas une solution et seuls les sentiments de honte et de gloire doivent stimuler l’enfant. Vertudieu, tout un programme !

Plan de l’exposition :

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes