Le site est en maintenance. Des problèmes d'affichage peuvent apparaître.
ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Les grands acteurs

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Le CIE est l’affaire d’hommes et de femmes de renommée nationale et internationale. Ils ont longtemps contribué au rayonnement du centre grâce à leurs relations, avec des personnalités de premier ordre. D’abord presqu’exclusivement médical, le personnel dirigeant du centre admet peu à peu d’autres profils : hauts fonctionnaires, énarques, ambassadeurs.

Robert Debré dans les années 1950

Robert Debré dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Robert DEBRÉ

Président du conseil d’administration de 1950 à 1978

Professeur de médecine, défen­seur d’une pédiatrie sociale, résis­tant, promoteur des CHU, président de l’Institut national d’hygiène, futur INSERM, de 1946 à 1964, Robert Debré est engagé
dès l’Entre-deux-guerres dans le développement de l’Organi­sation d’hygiène de la Société des
Na­tions (SDN). Représentant la Fran­ce au FISE, ami de Rajchman, il est à l’origine de la création
du CIE.

Ludwik Rajchman dans les années 1960

Ludwik Rajchman dans les années 1960 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Ludwik RAJCHMAN

Vice-président du conseil d’administration de 1950 à 1965

Médecin d’origine polonaise, partiel­lement formé en France, Ludwik Rajchman dirige l’Organisation d’hygiène de la SDN de 1921 à 1939. Cofondateur de l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction (UNRRA), premier président du FISE, il est à l’origine de l’UNICEF. Installé en France pendant le maccarthysme, il est enterré à Chenu dans la Sarthe.

Arthur WAUTERS

Directeur général de 1950 à 1951

Membre du conseil d’administration de 1951 à 1960. Homme politique belge (Parti ouvrier belge), professeur d’économie à l’université libre de Bruxelles, plusieurs fois ministre dans les années trente, il devient ambassadeur après la seconde guerre mondiale.

Maurice GAUD

Directeur général de 1951 à 1954

Médecin engagé dans les politiques de santé publique du protectorat français au Maroc, directeur du service de la Santé et de l’Hygiène publiques marocain de 1934 à 1944, il devient après la guerre le médecin chef de la mission de l’UNRRA en France.

Étienne Berthet dans les années 1950

Étienne Berthet dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Étienne BERTHET

Directeur général de 1955 à 1973

Médecin spécialiste de la tuberculose, et notamment de ses aspects médico-sociaux, Étienne Berthet est fonctionnaire au bureau pour la Méditerranée orientale de l’OMS avant de prendre la direction du CIE.

Nathalie Masse dans les années 1970

Nathalie Masse dans les années 1970 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 77).

Nathalie MASSE

Directrice du département des enseignements de 1957 à 1975

Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l’aventure du CIE dès ses débuts et y reste fidèle jusqu’à sa mort prématurée en 1975. Conseillère de l’OMS, elle contribue au rayonnement de la pédiatrie française en fondant l’Association européenne pour l’enseignement de la pédiatrie (AEEP) et le Club international de pédiatrie sociale.

Le CIE est l’affaire d’hommes et de femmes de renommée nationale et internationale. Ils ont longtemps contribué au rayonnement du centre grâce à leurs relations, avec des personnalités de premier ordre. D’abord presqu’exclusivement médical, le personnel dirigeant du centre admet peu à peu d’autres profils : hauts fonctionnaires, énarques, ambassadeurs.

Robert Debré dans les années 1950

Robert Debré dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Robert DEBRÉ

Président du conseil d’administration de 1950 à 1978

Professeur de médecine, défen­seur d’une pédiatrie sociale, résis­tant, promoteur des CHU, président de l’Institut national d’hygiène, futur INSERM, de 1946 à 1964, Robert Debré est engagé
dès l’Entre-deux-guerres dans le développement de l’Organi­sation d’hygiène de la Société des
Na­tions (SDN). Représentant la Fran­ce au FISE, ami de Rajchman, il est à l’origine de la création
du CIE.

Ludwik Rajchman dans les années 1960

Ludwik Rajchman dans les années 1960 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Ludwik RAJCHMAN

Vice-président du conseil d’administration de 1950 à 1965

Médecin d’origine polonaise, partiel­lement formé en France, Ludwik Rajchman dirige l’Organisation d’hygiène de la SDN de 1921 à 1939. Cofondateur de l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction (UNRRA), premier président du FISE, il est à l’origine de l’UNICEF. Installé en France pendant le maccarthysme, il est enterré à Chenu dans la Sarthe.

Arthur WAUTERS

Directeur général de 1950 à 1951

Membre du conseil d’administration de 1951 à 1960. Homme politique belge (Parti ouvrier belge), professeur d’économie à l’université libre de Bruxelles, plusieurs fois ministre dans les années trente, il devient ambassadeur après la seconde guerre mondiale.

Maurice GAUD

Directeur général de 1951 à 1954

Médecin engagé dans les politiques de santé publique du protectorat français au Maroc, directeur du service de la Santé et de l’Hygiène publiques marocain de 1934 à 1944, il devient après la guerre le médecin chef de la mission de l’UNRRA en France.

Étienne Berthet dans les années 1950

Étienne Berthet dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Étienne BERTHET

Directeur général de 1955 à 1973

Médecin spécialiste de la tuberculose, et notamment de ses aspects médico-sociaux, Étienne Berthet est fonctionnaire au bureau pour la Méditerranée orientale de l’OMS avant de prendre la direction du CIE.

Nathalie Masse dans les années 1970

Nathalie Masse dans les années 1970 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 77).

Nathalie MASSE

Directrice du département des enseignements de 1957 à 1975

Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l’aventure du CIE dès ses débuts et y reste fidèle jusqu’à sa mort prématurée en 1975. Conseillère de l’OMS, elle contribue au rayonnement de la pédiatrie française en fondant l’Association européenne pour l’enseignement de la pédiatrie (AEEP) et le Club international de pédiatrie sociale.

Le CIE est l’affaire d’hommes et de femmes de renommée nationale et internationale. Ils ont longtemps contribué au rayonnement du centre grâce à leurs relations, avec des personnalités de premier ordre. D’abord presqu’exclusivement médical, le personnel dirigeant du centre admet peu à peu d’autres profils : hauts fonctionnaires, énarques, ambassadeurs.

Robert Debré dans les années 1950

Robert Debré dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Robert DEBRÉ

Président du conseil d’administration de 1950 à 1978

Professeur de médecine, défen­seur d’une pédiatrie sociale, résis­tant, promoteur des CHU, président de l’Institut national d’hygiène, futur INSERM, de 1946 à 1964, Robert Debré est engagé
dès l’Entre-deux-guerres dans le développement de l’Organi­sation d’hygiène de la Société des
Na­tions (SDN). Représentant la Fran­ce au FISE, ami de Rajchman, il est à l’origine de la création
du CIE.

Ludwik Rajchman dans les années 1960

Ludwik Rajchman dans les années 1960 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Ludwik RAJCHMAN

Vice-président du conseil d’administration de 1950 à 1965

Médecin d’origine polonaise, partiel­lement formé en France, Ludwik Rajchman dirige l’Organisation d’hygiène de la SDN de 1921 à 1939. Cofondateur de l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction (UNRRA), premier président du FISE, il est à l’origine de l’UNICEF. Installé en France pendant le maccarthysme, il est enterré à Chenu dans la Sarthe.

Arthur WAUTERS

Directeur général de 1950 à 1951

Membre du conseil d’administration de 1951 à 1960. Homme politique belge (Parti ouvrier belge), professeur d’économie à l’université libre de Bruxelles, plusieurs fois ministre dans les années trente, il devient ambassadeur après la seconde guerre mondiale.

Maurice GAUD

Directeur général de 1951 à 1954

Médecin engagé dans les politiques de santé publique du protectorat français au Maroc, directeur du service de la Santé et de l’Hygiène publiques marocain de 1934 à 1944, il devient après la guerre le médecin chef de la mission de l’UNRRA en France.

Étienne Berthet dans les années 1950

Étienne Berthet dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Étienne BERTHET

Directeur général de 1955 à 1973

Médecin spécialiste de la tuberculose, et notamment de ses aspects médico-sociaux, Étienne Berthet est fonctionnaire au bureau pour la Méditerranée orientale de l’OMS avant de prendre la direction du CIE.

Nathalie Masse dans les années 1970

Nathalie Masse dans les années 1970 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 77).

Nathalie MASSE

Directrice du département des enseignements de 1957 à 1975

Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l’aventure du CIE dès ses débuts et y reste fidèle jusqu’à sa mort prématurée en 1975. Conseillère de l’OMS, elle contribue au rayonnement de la pédiatrie française en fondant l’Association européenne pour l’enseignement de la pédiatrie (AEEP) et le Club international de pédiatrie sociale.

À CONSULTER...

Le CIE est l’affaire d’hommes et de femmes de renommée nationale et internationale. Ils ont longtemps contribué au rayonnement du centre grâce à leurs relations, avec des personnalités de premier ordre. D’abord presqu’exclusivement médical, le personnel dirigeant du centre admet peu à peu d’autres profils : hauts fonctionnaires, énarques, ambassadeurs.

Robert Debré dans les années 1950

Robert Debré dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Robert DEBRÉ

Président du conseil d’administration de 1950 à 1978

Professeur de médecine, défen­seur d’une pédiatrie sociale, résis­tant, promoteur des CHU, président de l’Institut national d’hygiène, futur INSERM, de 1946 à 1964, Robert Debré est engagé
dès l’Entre-deux-guerres dans le développement de l’Organi­sation d’hygiène de la Société des
Na­tions (SDN). Représentant la Fran­ce au FISE, ami de Rajchman, il est à l’origine de la création
du CIE.

Ludwik Rajchman dans les années 1960

Ludwik Rajchman dans les années 1960 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 01).

Ludwik RAJCHMAN

Vice-président du conseil d’administration de 1950 à 1965

Médecin d’origine polonaise, partiel­lement formé en France, Ludwik Rajchman dirige l’Organisation d’hygiène de la SDN de 1921 à 1939. Cofondateur de l’Administration des Nations unies pour le secours et la reconstruction (UNRRA), premier président du FISE, il est à l’origine de l’UNICEF. Installé en France pendant le maccarthysme, il est enterré à Chenu dans la Sarthe.

Arthur WAUTERS

Directeur général de 1950 à 1951

Membre du conseil d’administration de 1951 à 1960. Homme politique belge (Parti ouvrier belge), professeur d’économie à l’université libre de Bruxelles, plusieurs fois ministre dans les années trente, il devient ambassadeur après la seconde guerre mondiale.

Maurice GAUD

Directeur général de 1951 à 1954

Médecin engagé dans les politiques de santé publique du protectorat français au Maroc, directeur du service de la Santé et de l’Hygiène publiques marocain de 1934 à 1944, il devient après la guerre le médecin chef de la mission de l’UNRRA en France.

Étienne Berthet dans les années 1950

Étienne Berthet dans les années 1950 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 307).

Étienne BERTHET

Directeur général de 1955 à 1973

Médecin spécialiste de la tuberculose, et notamment de ses aspects médico-sociaux, Étienne Berthet est fonctionnaire au bureau pour la Méditerranée orientale de l’OMS avant de prendre la direction du CIE.

Nathalie Masse dans les années 1970

Nathalie Masse dans les années 1970 (Bibl. univ. Angers, 1 CIDEF 77).

Nathalie MASSE

Directrice du département des enseignements de 1957 à 1975

Pédiatre, fidèle collaboratrice de Robert Debré à l’hôpital des Enfants malades, elle participe à l’aventure du CIE dès ses débuts et y reste fidèle jusqu’à sa mort prématurée en 1975. Conseillère de l’OMS, elle contribue au rayonnement de la pédiatrie française en fondant l’Association européenne pour l’enseignement de la pédiatrie (AEEP) et le Club international de pédiatrie sociale.

Les grands acteurs