Le site est en maintenance. Des problèmes d'affichage peuvent apparaître.
ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

L’école, un droit en tension

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Le droit à l’éducation pour tous suppose une intervention de l’État, qui peut parfois être mal vécue par les familles. Trouver une répartition des responsabilités équilibrée et durable reste donc difficile.

Une chance pour tous ?

Aujourd’hui, l’école n’est toujours pas accessible à tous. L’histoire de Ma Yan le rappelle. Écolière dans la région du Ningxia en Chine, elle quitte l’école à 14 ans faute d’argent. Son journal intime publié en 2002, Le journal de Ma Yan, rencontre un véritable succès. Il permet la création d’une fondation nommée « Haki-Ma Yan » pour récolter des fonds auprès de donateurs occidentaux. Grâce à cela, Ma Yan et de nombreux enfants de sa région retournent à l’école. Cette histoire a eu un certain retentissement en Chine, car l’important journal officiel Xin Hua l’a relatée.

Les programmes scolaires, une source inépuisable de polémiques

En France, le droit à l’éducation est respecté, mais l’école reste un sujet de débats. En 2014, le programme « ABCD de l’égalité », destiné à lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes sexistes, provoque de violentes réactions, car certains parents y voient un outil de propagande. Le ministère de l’Éducation nationale finit par y renoncer. Les albums jeunesse sont également la source de fréquentes polémiques car ce sont des outils importants pour expliquer aux enfants la place des garçons et des filles dans la société.

Entre désirs des adultes et besoins des enfants : les rythmes scolaires

L’étude scientifique du rythme biologique, la chronobiologie, se développe dans les années 1980. Elle modifie la conception des rythmes scolaires qui sont souvent pensés en fonction des besoins des adultes. En France, l’année scolaire est courte avec beaucoup d’heures de classe par an. Une organisation plus équilibrée est mise en place à la rentrée 2014 à l’école primaire. Elle réserve un temps pour les activités périscolaires en laissant la charge du financement aux collectivités et en particulier aux communes, ce qui pose la question d’éventuelles inégalités entre les enfants, selon leur lieu de scolarisation.

Le droit à l’éducation pour tous suppose une intervention de l’État, qui peut parfois être mal vécue par les familles. Trouver une répartition des responsabilités équilibrée et durable reste donc difficile.

Une chance pour tous ?

Aujourd’hui, l’école n’est toujours pas accessible à tous. L’histoire de Ma Yan le rappelle. Écolière dans la région du Ningxia en Chine, elle quitte l’école à 14 ans faute d’argent. Son journal intime publié en 2002, Le journal de Ma Yan, rencontre un véritable succès. Il permet la création d’une fondation nommée « Haki-Ma Yan » pour récolter des fonds auprès de donateurs occidentaux. Grâce à cela, Ma Yan et de nombreux enfants de sa région retournent à l’école. Cette histoire a eu un certain retentissement en Chine, car l’important journal officiel Xin Hua l’a relatée.

Les programmes scolaires, une source inépuisable de polémiques

En France, le droit à l’éducation est respecté, mais l’école reste un sujet de débats. En 2014, le programme « ABCD de l’égalité », destiné à lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes sexistes, provoque de violentes réactions, car certains parents y voient un outil de propagande. Le ministère de l’Éducation nationale finit par y renoncer. Les albums jeunesse sont également la source de fréquentes polémiques car ce sont des outils importants pour expliquer aux enfants la place des garçons et des filles dans la société.

Entre désirs des adultes et besoins des enfants : les rythmes scolaires

L’étude scientifique du rythme biologique, la chronobiologie, se développe dans les années 1980. Elle modifie la conception des rythmes scolaires qui sont souvent pensés en fonction des besoins des adultes. En France, l’année scolaire est courte avec beaucoup d’heures de classe par an. Une organisation plus équilibrée est mise en place à la rentrée 2014 à l’école primaire. Elle réserve un temps pour les activités périscolaires en laissant la charge du financement aux collectivités et en particulier aux communes, ce qui pose la question d’éventuelles inégalités entre les enfants, selon leur lieu de scolarisation.

Le droit à l’éducation pour tous suppose une intervention de l’État, qui peut parfois être mal vécue par les familles. Trouver une répartition des responsabilités équilibrée et durable reste donc difficile.

Une chance pour tous ?

Aujourd’hui, l’école n’est toujours pas accessible à tous. L’histoire de Ma Yan le rappelle. Écolière dans la région du Ningxia en Chine, elle quitte l’école à 14 ans faute d’argent. Son journal intime publié en 2002, Le journal de Ma Yan, rencontre un véritable succès. Il permet la création d’une fondation nommée « Haki-Ma Yan » pour récolter des fonds auprès de donateurs occidentaux. Grâce à cela, Ma Yan et de nombreux enfants de sa région retournent à l’école. Cette histoire a eu un certain retentissement en Chine, car l’important journal officiel Xin Hua l’a relatée.

Les programmes scolaires, une source inépuisable de polémiques

En France, le droit à l’éducation est respecté, mais l’école reste un sujet de débats. En 2014, le programme « ABCD de l’égalité », destiné à lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes sexistes, provoque de violentes réactions, car certains parents y voient un outil de propagande. Le ministère de l’Éducation nationale finit par y renoncer. Les albums jeunesse sont également la source de fréquentes polémiques car ce sont des outils importants pour expliquer aux enfants la place des garçons et des filles dans la société.

Entre désirs des adultes et besoins des enfants : les rythmes scolaires

L’étude scientifique du rythme biologique, la chronobiologie, se développe dans les années 1980. Elle modifie la conception des rythmes scolaires qui sont souvent pensés en fonction des besoins des adultes. En France, l’année scolaire est courte avec beaucoup d’heures de classe par an. Une organisation plus équilibrée est mise en place à la rentrée 2014 à l’école primaire. Elle réserve un temps pour les activités périscolaires en laissant la charge du financement aux collectivités et en particulier aux communes, ce qui pose la question d’éventuelles inégalités entre les enfants, selon leur lieu de scolarisation.

À CONSULTER...

Le droit à l’éducation pour tous suppose une intervention de l’État, qui peut parfois être mal vécue par les familles. Trouver une répartition des responsabilités équilibrée et durable reste donc difficile.

Une chance pour tous ?

Aujourd’hui, l’école n’est toujours pas accessible à tous. L’histoire de Ma Yan le rappelle. Écolière dans la région du Ningxia en Chine, elle quitte l’école à 14 ans faute d’argent. Son journal intime publié en 2002, Le journal de Ma Yan, rencontre un véritable succès. Il permet la création d’une fondation nommée « Haki-Ma Yan » pour récolter des fonds auprès de donateurs occidentaux. Grâce à cela, Ma Yan et de nombreux enfants de sa région retournent à l’école. Cette histoire a eu un certain retentissement en Chine, car l’important journal officiel Xin Hua l’a relatée.

Les programmes scolaires, une source inépuisable de polémiques

En France, le droit à l’éducation est respecté, mais l’école reste un sujet de débats. En 2014, le programme « ABCD de l’égalité », destiné à lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes sexistes, provoque de violentes réactions, car certains parents y voient un outil de propagande. Le ministère de l’Éducation nationale finit par y renoncer. Les albums jeunesse sont également la source de fréquentes polémiques car ce sont des outils importants pour expliquer aux enfants la place des garçons et des filles dans la société.

Entre désirs des adultes et besoins des enfants : les rythmes scolaires

L’étude scientifique du rythme biologique, la chronobiologie, se développe dans les années 1980. Elle modifie la conception des rythmes scolaires qui sont souvent pensés en fonction des besoins des adultes. En France, l’année scolaire est courte avec beaucoup d’heures de classe par an. Une organisation plus équilibrée est mise en place à la rentrée 2014 à l’école primaire. Elle réserve un temps pour les activités périscolaires en laissant la charge du financement aux collectivités et en particulier aux communes, ce qui pose la question d’éventuelles inégalités entre les enfants, selon leur lieu de scolarisation.

L’école, un droit en tension