ACCUEIL À PROPOS CRÉDITS

RETOUR AUX CHAPITRES

Chapitre II

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Début du parcours scolaire

2.1.1. Début du parcours scolaire

Quand il atteint l’âge de raison (cinq-sept ans), l’enfant commence son parcours scolaire dans une petite école, où il apprend à lire et à écrire en latin et en français, à compter, à chanter et à accomplir ses devoirs de bon catholique.

L’école paroissiale est ouverte à tous, même aux enfants issus des milieux protestants, mais elle n’est pas gratuite. La famille paye selon ses moyens et selon le programme scolaire que suivra l’enfant. On juge parfois que l’écriture n’est pas utile pour qui exercera un métier manuel ou que le latin est nécessaire seulement à ceux qui poursuivront leur éducation dans un collège.

Les petites écoles sont organisées à l’écart du voisinage et le plus près de l’église dans des salles spacieuses pouvant accueillir plusieurs dizaines d’enfants.

Les murs sont couverts d’images saintes. Parmi les illustrations pieuses, une grande image du Jugement Dernier est accrochée pour faire peur aux enfants. En leur montrant l’Enfer et le Paradis, on veut les inciter à devenir sages et studieux.

Lors de l’admission de l’enfant, le maître interroge ses parents sur son avancement en piété et en instruction.

Il note dans le registre toutes les informations nécessaires : À quel métier est-il destiné ? Est-il déjà capable de lire ou écrire ? A-t-il des notions de latin ? Est-il sage ou désobéissant ? Est-il en bonne santé ? L’école est une affaire sérieuse : les parents doivent revenir une fois par trimestre pour parler des progrès de l’enfant. Les écoliers particulièrement insubordonnés ou indolents peuvent être chassés de l’école.

Début du parcours scolaire

2.1.1. Début du parcours scolaire

Quand il atteint l’âge de raison (cinq-sept ans), l’enfant commence son parcours scolaire dans une petite école, où il apprend à lire et à écrire en latin et en français, à compter, à chanter et à accomplir ses devoirs de bon catholique.

L’école paroissiale est ouverte à tous, même aux enfants issus des milieux protestants, mais elle n’est pas gratuite. La famille paye selon ses moyens et selon le programme scolaire que suivra l’enfant. On juge parfois que l’écriture n’est pas utile pour qui exercera un métier manuel ou que le latin est nécessaire seulement à ceux qui poursuivront leur éducation dans un collège.

Les petites écoles sont organisées à l’écart du voisinage et le plus près de l’église dans des salles spacieuses pouvant accueillir plusieurs dizaines d’enfants.

Les murs sont couverts d’images saintes. Parmi les illustrations pieuses, une grande image du Jugement Dernier est accrochée pour faire peur aux enfants. En leur montrant l’Enfer et le Paradis, on veut les inciter à devenir sages et studieux.

Lors de l’admission de l’enfant, le maître interroge ses parents sur son avancement en piété et en instruction.

Il note dans le registre toutes les informations nécessaires : À quel métier est-il destiné ? Est-il déjà capable de lire ou écrire ? A-t-il des notions de latin ? Est-il sage ou désobéissant ? Est-il en bonne santé ? L’école est une affaire sérieuse : les parents doivent revenir une fois par trimestre pour parler des progrès de l’enfant. Les écoliers particulièrement insubordonnés ou indolents peuvent être chassés de l’école.

Début du parcours scolaire

2.1.1. Début du parcours scolaire

Quand il atteint l’âge de raison (cinq-sept ans), l’enfant commence son parcours scolaire dans une petite école, où il apprend à lire et à écrire en latin et en français, à compter, à chanter et à accomplir ses devoirs de bon catholique.

L’école paroissiale est ouverte à tous, même aux enfants issus des milieux protestants, mais elle n’est pas gratuite. La famille paye selon ses moyens et selon le programme scolaire que suivra l’enfant. On juge parfois que l’écriture n’est pas utile pour qui exercera un métier manuel ou que le latin est nécessaire seulement à ceux qui poursuivront leur éducation dans un collège.

Les petites écoles sont organisées à l’écart du voisinage et le plus près de l’église dans des salles spacieuses pouvant accueillir plusieurs dizaines d’enfants.

Les murs sont couverts d’images saintes. Parmi les illustrations pieuses, une grande image du Jugement Dernier est accrochée pour faire peur aux enfants. En leur montrant l’Enfer et le Paradis, on veut les inciter à devenir sages et studieux.

Lors de l’admission de l’enfant, le maître interroge ses parents sur son avancement en piété et en instruction.

Il note dans le registre toutes les informations nécessaires : À quel métier est-il destiné ? Est-il déjà capable de lire ou écrire ? A-t-il des notions de latin ? Est-il sage ou désobéissant ? Est-il en bonne santé ? L’école est une affaire sérieuse : les parents doivent revenir une fois par trimestre pour parler des progrès de l’enfant. Les écoliers particulièrement insubordonnés ou indolents peuvent être chassés de l’école.

À CONSULTER...

Début du parcours scolaire

2.1.1. Début du parcours scolaire

Quand il atteint l’âge de raison (cinq-sept ans), l’enfant commence son parcours scolaire dans une petite école, où il apprend à lire et à écrire en latin et en français, à compter, à chanter et à accomplir ses devoirs de bon catholique.

L’école paroissiale est ouverte à tous, même aux enfants issus des milieux protestants, mais elle n’est pas gratuite. La famille paye selon ses moyens et selon le programme scolaire que suivra l’enfant. On juge parfois que l’écriture n’est pas utile pour qui exercera un métier manuel ou que le latin est nécessaire seulement à ceux qui poursuivront leur éducation dans un collège.

Les petites écoles sont organisées à l’écart du voisinage et le plus près de l’église dans des salles spacieuses pouvant accueillir plusieurs dizaines d’enfants.

Les murs sont couverts d’images saintes. Parmi les illustrations pieuses, une grande image du Jugement Dernier est accrochée pour faire peur aux enfants. En leur montrant l’Enfer et le Paradis, on veut les inciter à devenir sages et studieux.

Lors de l’admission de l’enfant, le maître interroge ses parents sur son avancement en piété et en instruction.

Il note dans le registre toutes les informations nécessaires : À quel métier est-il destiné ? Est-il déjà capable de lire ou écrire ? A-t-il des notions de latin ? Est-il sage ou désobéissant ? Est-il en bonne santé ? L’école est une affaire sérieuse : les parents doivent revenir une fois par trimestre pour parler des progrès de l’enfant. Les écoliers particulièrement insubordonnés ou indolents peuvent être chassés de l’école.

Plan de l’exposition :

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes