ACCUEIL À PROPOS CRÉDITSMENTIONS LÉGALESPORTAIL ENJEU[X]

RETOUR AUX CHAPITRES

Algérie

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Petite notice de contextualisation pour situer les univers langagiers de socialisation initiale

  • L’Algérie est un pays du Maghreb, en Afrique du Nord. Conquis par les Arabes à partir du VIIIe siècle, les premiers Algériens sont les « Berbères », appellation initialement de l’Autre, étymologiquement « dont on ne comprend pas la langue », dits aussi « Amazigh » (terme partagé avec le Maroc), et surtout, en Algérie « Kabyles ». Ces peuples partagent une langue, le tamazight, ailleurs appelée kabyle, ou berbère, et qui se réalise en diverses variétés. Le processus d’islamisation introduit l’arabe dans l’espace social selon un statut symbolique fort, qui favorise sa diffusion, mais ne produit pas l’assimilation du tamazight qui continue à se transmettre, en particulier dans les montagnes de Kabylie.
  • L’histoire est marquée par la colonisation française, à partir de 1830, et par la guerre d’Algérie (1956-1962) au terme de laquelle aboutit le processus d’indépendance. La République algérienne démocratique et populaire est instituée en 1962, instaure l’Islam comme religion d’Etat, et l’arabe comme « langue nationale et officielle ». Progressivement cette politique d’unilinguisme évolue avec l’aménagement du tamazight, statué en 1996 « langue nationale », puis « co-officielle » en 2016. Pour les mouvements de reconnaissance des identités culturelles amazigh (ex. : « le printemps berbère » en 1980), cette officialisation est une victoire, rend possible l’enseignement, mais malgré la parité statutaire, les actions tardent à se mettre en œuvre, et une inégalité persiste avec l’arabe, majoritaire et dominant.
  • Mais parler de l’« arabe », ici comme ailleurs, c’est encore poser une catégorie sous laquelle se cache de l’hétérogénéité, une « diglossie » distinguant des variétés aux statuts et fonctions diverses, un continuum de pratiques et de compétences, entre l’« arabe coranique », « classique », dit aussi « littéraire », dont est issu l’« arabe standard », variété normative des pratiques formelles, orales et écrites, et langue de scolarisation. Mais dans l’oralité des interactions, c’est le darija (terme commun avec le Maroc), l’arabe dialectal algérien, qui circule, lui-même marqué par une forte variation régionale et sociale, langue maternelle majoritaire, mais pouvant être langue seconde pour les populations ayant maintenu la transmission du tamazight au foyer, et devenir langue d’insertion lors de mobilités de zones rurales aux milieux urbains.
  • Le français est aussi présent sur le territoire, ancienne langue coloniale imposée comme unique légitime, désormais emblématiquement désignée, dans la constitution algérienne, « première langue étrangère », conserve encore certaines fonctions sociales fortes, dans le monde de l’éducation et du travail, en concurrence grandissante avec l’anglais.
  • Officiellement bilingue, la situation algérienne est ainsi marquée par une complexité, liée à la diversité des variétés, et de leurs noms,, dont la variation sous-tend des statuts et fonctions distinctes, des enjeux de montrer ou d’occulter de l’hétérogénéité, ou de positionner ces langues, du Même ou de l’Autre.
Plan de l’exposition →
Imaginaires plurilingues entre familles et écoles : expériences, parcours, démarches didactiques

Petite notice de contextualisation pour situer les univers langagiers de socialisation initiale

  • L’Algérie est un pays du Maghreb, en Afrique du Nord. Conquis par les Arabes à partir du VIIIe siècle, les premiers Algériens sont les « Berbères », appellation initialement de l’Autre, étymologiquement « dont on ne comprend pas la langue », dits aussi « Amazigh » (terme partagé avec le Maroc), et surtout, en Algérie « Kabyles ». Ces peuples partagent une langue, le tamazight, ailleurs appelée kabyle, ou berbère, et qui se réalise en diverses variétés. Le processus d’islamisation introduit l’arabe dans l’espace social selon un statut symbolique fort, qui favorise sa diffusion, mais ne produit pas l’assimilation du tamazight qui continue à se transmettre, en particulier dans les montagnes de Kabylie.
  • L’histoire est marquée par la colonisation française, à partir de 1830, et par la guerre d’Algérie (1956-1962) au terme de laquelle aboutit le processus d’indépendance. La République algérienne démocratique et populaire est instituée en 1962, instaure l’Islam comme religion d’Etat, et l’arabe comme « langue nationale et officielle ». Progressivement cette politique d’unilinguisme évolue avec l’aménagement du tamazight, statué en 1996 « langue nationale », puis « co-officielle » en 2016. Pour les mouvements de reconnaissance des identités culturelles amazigh (ex. : « le printemps berbère » en 1980), cette officialisation est une victoire, rend possible l’enseignement, mais malgré la parité statutaire, les actions tardent à se mettre en œuvre, et une inégalité persiste avec l’arabe, majoritaire et dominant.
  • Mais parler de l’« arabe », ici comme ailleurs, c’est encore poser une catégorie sous laquelle se cache de l’hétérogénéité, une « diglossie » distinguant des variétés aux statuts et fonctions diverses, un continuum de pratiques et de compétences, entre l’« arabe coranique », « classique », dit aussi « littéraire », dont est issu l’« arabe standard », variété normative des pratiques formelles, orales et écrites, et langue de scolarisation. Mais dans l’oralité des interactions, c’est le darija (terme commun avec le Maroc), l’arabe dialectal algérien, qui circule, lui-même marqué par une forte variation régionale et sociale, langue maternelle majoritaire, mais pouvant être langue seconde pour les populations ayant maintenu la transmission du tamazight au foyer, et devenir langue d’insertion lors de mobilités de zones rurales aux milieux urbains.
  • Le français est aussi présent sur le territoire, ancienne langue coloniale imposée comme unique légitime, désormais emblématiquement désignée, dans la constitution algérienne, « première langue étrangère », conserve encore certaines fonctions sociales fortes, dans le monde de l’éducation et du travail, en concurrence grandissante avec l’anglais.
  • Officiellement bilingue, la situation algérienne est ainsi marquée par une complexité, liée à la diversité des variétés, et de leurs noms,, dont la variation sous-tend des statuts et fonctions distinctes, des enjeux de montrer ou d’occulter de l’hétérogénéité, ou de positionner ces langues, du Même ou de l’Autre.

Petite notice de contextualisation pour situer les univers langagiers de socialisation initiale

  • L’Algérie est un pays du Maghreb, en Afrique du Nord. Conquis par les Arabes à partir du VIIIe siècle, les premiers Algériens sont les « Berbères », appellation initialement de l’Autre, étymologiquement « dont on ne comprend pas la langue », dits aussi « Amazigh » (terme partagé avec le Maroc), et surtout, en Algérie « Kabyles ». Ces peuples partagent une langue, le tamazight, ailleurs appelée kabyle, ou berbère, et qui se réalise en diverses variétés. Le processus d’islamisation introduit l’arabe dans l’espace social selon un statut symbolique fort, qui favorise sa diffusion, mais ne produit pas l’assimilation du tamazight qui continue à se transmettre, en particulier dans les montagnes de Kabylie.
  • L’histoire est marquée par la colonisation française, à partir de 1830, et par la guerre d’Algérie (1956-1962) au terme de laquelle aboutit le processus d’indépendance. La République algérienne démocratique et populaire est instituée en 1962, instaure l’Islam comme religion d’Etat, et l’arabe comme « langue nationale et officielle ». Progressivement cette politique d’unilinguisme évolue avec l’aménagement du tamazight, statué en 1996 « langue nationale », puis « co-officielle » en 2016. Pour les mouvements de reconnaissance des identités culturelles amazigh (ex. : « le printemps berbère » en 1980), cette officialisation est une victoire, rend possible l’enseignement, mais malgré la parité statutaire, les actions tardent à se mettre en œuvre, et une inégalité persiste avec l’arabe, majoritaire et dominant.
  • Mais parler de l’« arabe », ici comme ailleurs, c’est encore poser une catégorie sous laquelle se cache de l’hétérogénéité, une « diglossie » distinguant des variétés aux statuts et fonctions diverses, un continuum de pratiques et de compétences, entre l’« arabe coranique », « classique », dit aussi « littéraire », dont est issu l’« arabe standard », variété normative des pratiques formelles, orales et écrites, et langue de scolarisation. Mais dans l’oralité des interactions, c’est le darija (terme commun avec le Maroc), l’arabe dialectal algérien, qui circule, lui-même marqué par une forte variation régionale et sociale, langue maternelle majoritaire, mais pouvant être langue seconde pour les populations ayant maintenu la transmission du tamazight au foyer, et devenir langue d’insertion lors de mobilités de zones rurales aux milieux urbains.
  • Le français est aussi présent sur le territoire, ancienne langue coloniale imposée comme unique légitime, désormais emblématiquement désignée, dans la constitution algérienne, « première langue étrangère », conserve encore certaines fonctions sociales fortes, dans le monde de l’éducation et du travail, en concurrence grandissante avec l’anglais.
  • Officiellement bilingue, la situation algérienne est ainsi marquée par une complexité, liée à la diversité des variétés, et de leurs noms,, dont la variation sous-tend des statuts et fonctions distinctes, des enjeux de montrer ou d’occulter de l’hétérogénéité, ou de positionner ces langues, du Même ou de l’Autre.

À CONSULTER...

Petite notice de contextualisation pour situer les univers langagiers de socialisation initiale

  • L’Algérie est un pays du Maghreb, en Afrique du Nord. Conquis par les Arabes à partir du VIIIe siècle, les premiers Algériens sont les « Berbères », appellation initialement de l’Autre, étymologiquement « dont on ne comprend pas la langue », dits aussi « Amazigh » (terme partagé avec le Maroc), et surtout, en Algérie « Kabyles ». Ces peuples partagent une langue, le tamazight, ailleurs appelée kabyle, ou berbère, et qui se réalise en diverses variétés. Le processus d’islamisation introduit l’arabe dans l’espace social selon un statut symbolique fort, qui favorise sa diffusion, mais ne produit pas l’assimilation du tamazight qui continue à se transmettre, en particulier dans les montagnes de Kabylie.
  • L’histoire est marquée par la colonisation française, à partir de 1830, et par la guerre d’Algérie (1956-1962) au terme de laquelle aboutit le processus d’indépendance. La République algérienne démocratique et populaire est instituée en 1962, instaure l’Islam comme religion d’Etat, et l’arabe comme « langue nationale et officielle ». Progressivement cette politique d’unilinguisme évolue avec l’aménagement du tamazight, statué en 1996 « langue nationale », puis « co-officielle » en 2016. Pour les mouvements de reconnaissance des identités culturelles amazigh (ex. : « le printemps berbère » en 1980), cette officialisation est une victoire, rend possible l’enseignement, mais malgré la parité statutaire, les actions tardent à se mettre en œuvre, et une inégalité persiste avec l’arabe, majoritaire et dominant.
  • Mais parler de l’« arabe », ici comme ailleurs, c’est encore poser une catégorie sous laquelle se cache de l’hétérogénéité, une « diglossie » distinguant des variétés aux statuts et fonctions diverses, un continuum de pratiques et de compétences, entre l’« arabe coranique », « classique », dit aussi « littéraire », dont est issu l’« arabe standard », variété normative des pratiques formelles, orales et écrites, et langue de scolarisation. Mais dans l’oralité des interactions, c’est le darija (terme commun avec le Maroc), l’arabe dialectal algérien, qui circule, lui-même marqué par une forte variation régionale et sociale, langue maternelle majoritaire, mais pouvant être langue seconde pour les populations ayant maintenu la transmission du tamazight au foyer, et devenir langue d’insertion lors de mobilités de zones rurales aux milieux urbains.
  • Le français est aussi présent sur le territoire, ancienne langue coloniale imposée comme unique légitime, désormais emblématiquement désignée, dans la constitution algérienne, « première langue étrangère », conserve encore certaines fonctions sociales fortes, dans le monde de l’éducation et du travail, en concurrence grandissante avec l’anglais.
  • Officiellement bilingue, la situation algérienne est ainsi marquée par une complexité, liée à la diversité des variétés, et de leurs noms,, dont la variation sous-tend des statuts et fonctions distinctes, des enjeux de montrer ou d’occulter de l’hétérogénéité, ou de positionner ces langues, du Même ou de l’Autre.

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes