ACCUEIL À PROPOS CRÉDITSMENTIONS LÉGALESPORTAIL ENJEU[X]

RETOUR AUX CHAPITRES

Présentation générale du Corpus

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Un corpus de discours épilinguistiques situés pour explorer des imaginaires plurilingues entre familles et écoles…

  • Le Corpus présenté rassemble des discours biographiques-épilinguistiques, produits par des (pré-)adolescents/ élèves collégiens, étudiants, adultes/ parents et grands-parents, en parcours de migration et d’intégration en France, s’exprimant à propos de leurs langues, de leurs pratiques et compétences langagières, de leurs trajectoires inter-/transculturelles d’appropriation et de transmission linguistiques.
    • Ces discours ont été collectés dans le cadre de terrains de recherche et de dispositifs de recherches-actions(-formations) mis en place par notre équipe, selon des démarches ethnographiques, à partir de pratiques de participations-observantes / observations participantes associées de notes de recherche, et par enregistrements informés d’échanges collectifs en situations éducatives/formatives et par entretiens semi-directifs « compréhensifs » (Kaufmann, 1996) menés en individuel ou en petits groupes.
    • Le Corpus-IMALING présenté rassemble les discours de 20 locuteurs, témoins anonymés (désignés par codages et/ou prénoms modifiés) mais situés du point de vue de leurs trajectoires sociolangagières, parcours migratoires et univers de socialisation.
      • Transcriptions au plus proche de l’oralité des discours produits, exclusion des conventions de notation de l’écrit. Dans les extraits, les italiques et les majuscules marquent des variations de tonalité. Les barres obliques indiquent les respirations (/) les pauses marquées (//) et les temps de silence (///) qui, s’ils se prolongent sont notés : [silence}. De même, entre crochets, sont notés des éléments non-verbaux estimés en particulier signifiants (par ex. : [sourire], [rire], [émotion forte], etc.). « E » désigne l’enquêteur, témoin désigné par sa catégorisation.
    • Travaux de collectes des données réalisés entre 2012 et 2019

Un corpus travaillé dans une perspective sociolinguistique qualitative

  • Sociolinguistique qualitative, complexe, réflexive et critique (Heller 2002 ; Blanchet, Calvet & Robillard, 2007).
    • La perspective du sens produit, interprété, co-construit en contexte et en relation, dans la singularité d’histoires et d’expériences socio-historiquement situées
      • Explorer le social « de l’intérieur », du point de vue des imaginaires qui contribuent à le construire (Casterioradis)
      • Saisir la logique située des sujets sociaux, en relation à un « social symbolique »* dont ils reconstruisent en permanence le sens et la réalité en interactions, et en contextes socio-historiques


      • Travailler à partir des catégories de terrain, vers une « théorisation empirique » (Glaser et Strauss)

Vingt portraits sociolangagiers

  • L’objectif est non seulement de présenter ce corpus mais aussi d’inviter chacun.e à entrer dans son analyse.
    • Les extraits transcrits sont mis en perspective d’éléments d’analyses : Travail de thématisation des discours, situés dans le contexte d’une interaction sociale impliquant les chercheurs intervenants (échanges en situations éducatives / formatives et en entretiens semi-directifs), mais aussi lus à la lumière d’un travail de contextualisation socio-historique des trajectoires et situations sociolinguistiques de socialisation des témoins,
    • Les portraits langagiers contextualisés sont associés à : des Fiches-Terrains permettant d’expliciter les conditions de production et de collecte des discours, ainsi que de Fiches de Contextualisation pour situer les univers de socialisation et éclairer les discours. Une section conclusive de pistes d’analyses transversales nourrit un carnet d’hypothèses contribuant à un autre projet en construction…
Plan de l’exposition →
Imaginaires plurilingues entre familles et écoles : expériences, parcours, démarches didactiques

Un corpus de discours épilinguistiques situés pour explorer des imaginaires plurilingues entre familles et écoles…

  • Le Corpus présenté rassemble des discours biographiques-épilinguistiques, produits par des (pré-)adolescents/ élèves collégiens, étudiants, adultes/ parents et grands-parents, en parcours de migration et d’intégration en France, s’exprimant à propos de leurs langues, de leurs pratiques et compétences langagières, de leurs trajectoires inter-/transculturelles d’appropriation et de transmission linguistiques.
    • Ces discours ont été collectés dans le cadre de terrains de recherche et de dispositifs de recherches-actions(-formations) mis en place par notre équipe, selon des démarches ethnographiques, à partir de pratiques de participations-observantes / observations participantes associées de notes de recherche, et par enregistrements informés d’échanges collectifs en situations éducatives/formatives et par entretiens semi-directifs « compréhensifs » (Kaufmann, 1996) menés en individuel ou en petits groupes.
    • Le Corpus-IMALING présenté rassemble les discours de 20 locuteurs, témoins anonymés (désignés par codages et/ou prénoms modifiés) mais situés du point de vue de leurs trajectoires sociolangagières, parcours migratoires et univers de socialisation.
      • Transcriptions au plus proche de l’oralité des discours produits, exclusion des conventions de notation de l’écrit. Dans les extraits, les italiques et les majuscules marquent des variations de tonalité. Les barres obliques indiquent les respirations (/) les pauses marquées (//) et les temps de silence (///) qui, s’ils se prolongent sont notés : [silence}. De même, entre crochets, sont notés des éléments non-verbaux estimés en particulier signifiants (par ex. : [sourire], [rire], [émotion forte], etc.). « E » désigne l’enquêteur, témoin désigné par sa catégorisation.
    • Travaux de collectes des données réalisés entre 2012 et 2019

Un corpus travaillé dans une perspective sociolinguistique qualitative

  • Sociolinguistique qualitative, complexe, réflexive et critique (Heller 2002 ; Blanchet, Calvet & Robillard, 2007).
    • La perspective du sens produit, interprété, co-construit en contexte et en relation, dans la singularité d’histoires et d’expériences socio-historiquement situées
      • Explorer le social « de l’intérieur », du point de vue des imaginaires qui contribuent à le construire (Casterioradis)
      • Saisir la logique située des sujets sociaux, en relation à un « social symbolique »* dont ils reconstruisent en permanence le sens et la réalité en interactions, et en contextes socio-historiques


      • Travailler à partir des catégories de terrain, vers une « théorisation empirique » (Glaser et Strauss)

Vingt portraits sociolangagiers

  • L’objectif est non seulement de présenter ce corpus mais aussi d’inviter chacun.e à entrer dans son analyse.
    • Les extraits transcrits sont mis en perspective d’éléments d’analyses : Travail de thématisation des discours, situés dans le contexte d’une interaction sociale impliquant les chercheurs intervenants (échanges en situations éducatives / formatives et en entretiens semi-directifs), mais aussi lus à la lumière d’un travail de contextualisation socio-historique des trajectoires et situations sociolinguistiques de socialisation des témoins,
    • Les portraits langagiers contextualisés sont associés à : des Fiches-Terrains permettant d’expliciter les conditions de production et de collecte des discours, ainsi que de Fiches de Contextualisation pour situer les univers de socialisation et éclairer les discours. Une section conclusive de pistes d’analyses transversales nourrit un carnet d’hypothèses contribuant à un autre projet en construction…

Un corpus de discours épilinguistiques situés pour explorer des imaginaires plurilingues entre familles et écoles…

  • Le Corpus présenté rassemble des discours biographiques-épilinguistiques, produits par des (pré-)adolescents/ élèves collégiens, étudiants, adultes/ parents et grands-parents, en parcours de migration et d’intégration en France, s’exprimant à propos de leurs langues, de leurs pratiques et compétences langagières, de leurs trajectoires inter-/transculturelles d’appropriation et de transmission linguistiques.
    • Ces discours ont été collectés dans le cadre de terrains de recherche et de dispositifs de recherches-actions(-formations) mis en place par notre équipe, selon des démarches ethnographiques, à partir de pratiques de participations-observantes / observations participantes associées de notes de recherche, et par enregistrements informés d’échanges collectifs en situations éducatives/formatives et par entretiens semi-directifs « compréhensifs » (Kaufmann, 1996) menés en individuel ou en petits groupes.
    • Le Corpus-IMALING présenté rassemble les discours de 20 locuteurs, témoins anonymés (désignés par codages et/ou prénoms modifiés) mais situés du point de vue de leurs trajectoires sociolangagières, parcours migratoires et univers de socialisation.
      • Transcriptions au plus proche de l’oralité des discours produits, exclusion des conventions de notation de l’écrit. Dans les extraits, les italiques et les majuscules marquent des variations de tonalité. Les barres obliques indiquent les respirations (/) les pauses marquées (//) et les temps de silence (///) qui, s’ils se prolongent sont notés : [silence}. De même, entre crochets, sont notés des éléments non-verbaux estimés en particulier signifiants (par ex. : [sourire], [rire], [émotion forte], etc.). « E » désigne l’enquêteur, témoin désigné par sa catégorisation.
    • Travaux de collectes des données réalisés entre 2012 et 2019

Un corpus travaillé dans une perspective sociolinguistique qualitative

  • Sociolinguistique qualitative, complexe, réflexive et critique (Heller 2002 ; Blanchet, Calvet & Robillard, 2007).
    • La perspective du sens produit, interprété, co-construit en contexte et en relation, dans la singularité d’histoires et d’expériences socio-historiquement situées
      • Explorer le social « de l’intérieur », du point de vue des imaginaires qui contribuent à le construire (Casterioradis)
      • Saisir la logique située des sujets sociaux, en relation à un « social symbolique »* dont ils reconstruisent en permanence le sens et la réalité en interactions, et en contextes socio-historiques


      • Travailler à partir des catégories de terrain, vers une « théorisation empirique » (Glaser et Strauss)

Vingt portraits sociolangagiers

  • L’objectif est non seulement de présenter ce corpus mais aussi d’inviter chacun.e à entrer dans son analyse.
    • Les extraits transcrits sont mis en perspective d’éléments d’analyses : Travail de thématisation des discours, situés dans le contexte d’une interaction sociale impliquant les chercheurs intervenants (échanges en situations éducatives / formatives et en entretiens semi-directifs), mais aussi lus à la lumière d’un travail de contextualisation socio-historique des trajectoires et situations sociolinguistiques de socialisation des témoins,
    • Les portraits langagiers contextualisés sont associés à : des Fiches-Terrains permettant d’expliciter les conditions de production et de collecte des discours, ainsi que de Fiches de Contextualisation pour situer les univers de socialisation et éclairer les discours. Une section conclusive de pistes d’analyses transversales nourrit un carnet d’hypothèses contribuant à un autre projet en construction…

À CONSULTER...

Un corpus de discours épilinguistiques situés pour explorer des imaginaires plurilingues entre familles et écoles…

  • Le Corpus présenté rassemble des discours biographiques-épilinguistiques, produits par des (pré-)adolescents/ élèves collégiens, étudiants, adultes/ parents et grands-parents, en parcours de migration et d’intégration en France, s’exprimant à propos de leurs langues, de leurs pratiques et compétences langagières, de leurs trajectoires inter-/transculturelles d’appropriation et de transmission linguistiques.
    • Ces discours ont été collectés dans le cadre de terrains de recherche et de dispositifs de recherches-actions(-formations) mis en place par notre équipe, selon des démarches ethnographiques, à partir de pratiques de participations-observantes / observations participantes associées de notes de recherche, et par enregistrements informés d’échanges collectifs en situations éducatives/formatives et par entretiens semi-directifs « compréhensifs » (Kaufmann, 1996) menés en individuel ou en petits groupes.
    • Le Corpus-IMALING présenté rassemble les discours de 20 locuteurs, témoins anonymés (désignés par codages et/ou prénoms modifiés) mais situés du point de vue de leurs trajectoires sociolangagières, parcours migratoires et univers de socialisation.
      • Transcriptions au plus proche de l’oralité des discours produits, exclusion des conventions de notation de l’écrit. Dans les extraits, les italiques et les majuscules marquent des variations de tonalité. Les barres obliques indiquent les respirations (/) les pauses marquées (//) et les temps de silence (///) qui, s’ils se prolongent sont notés : [silence}. De même, entre crochets, sont notés des éléments non-verbaux estimés en particulier signifiants (par ex. : [sourire], [rire], [émotion forte], etc.). « E » désigne l’enquêteur, témoin désigné par sa catégorisation.
    • Travaux de collectes des données réalisés entre 2012 et 2019

Un corpus travaillé dans une perspective sociolinguistique qualitative

  • Sociolinguistique qualitative, complexe, réflexive et critique (Heller 2002 ; Blanchet, Calvet & Robillard, 2007).
    • La perspective du sens produit, interprété, co-construit en contexte et en relation, dans la singularité d’histoires et d’expériences socio-historiquement situées
      • Explorer le social « de l’intérieur », du point de vue des imaginaires qui contribuent à le construire (Casterioradis)
      • Saisir la logique située des sujets sociaux, en relation à un « social symbolique »* dont ils reconstruisent en permanence le sens et la réalité en interactions, et en contextes socio-historiques


      • Travailler à partir des catégories de terrain, vers une « théorisation empirique » (Glaser et Strauss)

Vingt portraits sociolangagiers

  • L’objectif est non seulement de présenter ce corpus mais aussi d’inviter chacun.e à entrer dans son analyse.
    • Les extraits transcrits sont mis en perspective d’éléments d’analyses : Travail de thématisation des discours, situés dans le contexte d’une interaction sociale impliquant les chercheurs intervenants (échanges en situations éducatives / formatives et en entretiens semi-directifs), mais aussi lus à la lumière d’un travail de contextualisation socio-historique des trajectoires et situations sociolinguistiques de socialisation des témoins,
    • Les portraits langagiers contextualisés sont associés à : des Fiches-Terrains permettant d’expliciter les conditions de production et de collecte des discours, ainsi que de Fiches de Contextualisation pour situer les univers de socialisation et éclairer les discours. Une section conclusive de pistes d’analyses transversales nourrit un carnet d’hypothèses contribuant à un autre projet en construction…

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes