ACCUEIL À PROPOS CRÉDITSMENTIONS LÉGALESPORTAIL ENJEU[X]

RETOUR AUX CHAPITRES

Qui sommes-nous ?

L’ENFANT, UN ÊTRE À FORMER

NOUVEAUX LIEUX, NOUVELLES INSTITUTIONS

DES RÉGENTS ET D’ANCIENS ÉLÈVES TÉMOIGNENT

BIBLIOTHÈQUE SONORE

Présentation de l’équipe ayant contribué à l’Action de recherche

Aude Bretegnier est sociolinguiste, professeure à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), co-responsable du Thème 2 de cette équipe : Plurilinguismes, Educations, Sociétés, et du CREN pôle Le Mans. Spécialiste d’insécurité linguistique, ses recherches s’inscrivent dans la perspective d’une sociolinguistique qualitative, réflexive et critique, explorent l’expérience plurilingue quand elle met en jeu une problématique de pluralité linguistique inégalitaire. Dans une démarche ethnographique et de recherche-action, elle pratique l’observation-participante, ainsi que des entretiens semi-directifs biographiques-épilinguistiques à partir desquelles elle reconstruit en les contextualisant des « histoires de langues », matière pour l’analyse des enjeux socio-identitaires, dans l’expérience et l’histoire des sujets, de la disparité statutaire de leurs langues, d’une langue maternelle socialement minorée.
Aude Bretegnier, coordinatrice générale du projet, a participé aux rubriques 1, 2 et 4 de l’espace IMALING.

Isabelle Audras est enseignante-chercheure en Didactique des Langues, Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde à l’université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661). Ses recherches portent sur la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en éducation/formation, en classe et en milieux associatifs péri-scolaires notamment et sur le lien école-famille. Elle s’intéresse également aux effets des expériences de pratiques plurilingues des étudiants et enseignants sur leur trajectoire de formation. Elle travaille sur la place des pratiques d’évaluation des compétences en langues familiales en éducation et le rôle de ces pratiques pour les publics concernés en termes de développement langagier, de plus de cohésion sociale et d’équité en éducation.
Isabelle Audras a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Violaine Béduneau est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et responsable pédagogique de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), œuvrant pour la valorisation des langues et des cultures familiales dans les milieux éducatifs et de soin. Elle s’intéresse aux enjeux langagiers, identitaires et sociétaux de médiations plurilingues en structure petite enfance, en écoles et au collège. Elle commencera en septembre 2020 une thèse de doctorat en sciences du langage, à l’Université de Rouen, qui questionnera les effets d’actions de médiations plurilingues (en lieux d’accueil parents-enfants, crèches et classes de maternelle) sur le développement du bilinguisme de l’enfant. Cette recherche-action s’inscrira dans une approche psycholinguistique, basée sur des entretiens semi-directifs, des observations participantes et des tests d’évaluation langagière dont l’ELAL d’Avicennes.
Violaine Béduneau a participé aux rubriques 2 et 4 de l’espace IMALING.

Myriam Dupouy est enseignante de didactique du FLE/S à l’Université du Mans. Docteure en sciences du langage / sociolinguistique, elle est collaboratrice scientifique au CREN (thème 2 Plurilinguismes, Educations, Sociétés) et chercheure associée au Centre de recherche bretonne celtique (EA 4451). Son doctorat (UBO, 2018) s’intitule « Dire (avec) l'accent, représentations et attitudes liées aux accents en formation linguistique obligatoire pour adultes migrants allophones ». Ses recherches portent sur les accents, leurs représentations en contexte de formation/appropriation langagière et aux constructions sociales en contextes de migrations. Ses travaux les plus récents questionnent et articulent les phénomènes de déclassement et d’insécurité linguistique ainsi que les enjeux liés à la formation et l’accompagnement des bénévoles de la formation linguistique des adultes en migration.
Myriam Dupouy a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Hanan Loughmari est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et formatrice linguistique d’adultes en français langue seconde, notamment au sein de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), où elle conçoit et anime des ateliers sociolinguistiques (ASL) s’appuyant sur les langues et les cultures des familles. Son mémoire de Master 2 a porté sur cette expérience pour questionner l’influence de cet appui dans la démarche d’alphabétisation d’adultes migrants. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-formation, un dispositif d’ateliers, des observations participantes et des entretiens semi-directifs.
Hanan Loughmari a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Tetiana Fanahei est doctorante en cotutelle à l’Université du Mans (France) et à l’Université nationale de Zaporijjia (Ukraine), membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Quadrilingue, elle est aussi enseignante de langues : français langue étrangère, anglais, russe et ukrainien). Sa recherche doctorale (2020-2023) interroge la complexité des processus de conceptualisation de langues au sein de deux espaces sociolinguistiques et éducative, l’Ukraine et la France, explore ces processus selon une approche linguistique, sociolinguistique et psycholinguistique. Sa recherche s’inscrit dans une perspective qualitative complexe, s’appuie sur une démarche ethnographique à visée compréhensive, procèdera notamment par entretiens semi-directifs.
Tetiana Fanahei a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Dora François est didacticienne des langues et cultures étrangères, Maitre de Conférences à l’Université de Nantes, formatrice à l’Inspé (académie de Nantes) et membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 - Plurilinguismes, Éducations, Sociétés. Ses recherches s'ouvrent à des problématiques variées et complémentaires dans une dynamique transdisciplinaire faisant interagir la didactique, la pédagogie et la psychologie. Elles concernent l'enseignement des langues étrangères en milieu scolaire, tout particulièrement auprès des jeunes publics de l’école maternelle et du Cours préparatoire (CP), en France, et s’articulent selon 3 axes : plurilinguisme-culturalisme, médiation linguistique et culturelle et formation initiale et continue des enseignants dans la perspective de la diversité linguistique et culturelle.
Dora François a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Françoise Leclaire, psycho-pédagogue, chargée de cours à Le Mans Université et à Paris V, est collaboratrice au CREN. Elle centre ses recherches sur les dimensions transculturelles des relations entre l'école et la famille et les liens entre la construction de l'identité linguistique/culturelle et les apprentissages, notamment langagiers. Elle s’'intéresse aux enjeux psychologiques, sociaux et didactiques d'une prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en milieu éducatif (ou de soin), dans une démarche de recherche-action participante, dans une démarche ethnographique.
Françoise Leclaire a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Nadja Maillard De La Corte Gomez est Maîtresse de conférences à l’université d’Angers et membre du laboratoire Cirpall (Ea 7457). Ses recherches portent sur la didactique de la littérature (notamment la littérature de jeunesse) dans l’enseignement du français langue étrangère et seconde, sur les dimensions plurilingues et pluriculturelles des interactions en classe de langue. Elle travaille aussi sur les littéracies numériques multimodales, plus particulièrement sur les « chroniques », récits publiés sur les réseaux sociaux par des adolescent.e.s plurilingues. Ses enseignements (master de didactique du FLE) portent sur la sociolinguistique et la didactique de la littérature. Elle participe depuis plusieurs années à la création de ressources pédagogiques dans le cadre du prix de littérature de jeunesse de l’UNICEF (https://www.unicef.fr/dossier/prix-de-litterature-jeunesse).
Nadja Maillard a participé aux rubriques 1 et 3 de l’espace IMALING.

Rachida Ramdani est doctorante à l’Université du Mans (France), membre de l’Equipe d’Accueil CREN, Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Elle est aussi enseignante de français en collège (FLM), et travaille depuis 2013, au sein de l’association AFaLaC (Familles Langues Cultures). Ses recherches (étude longitudinale) interrogent, dans une démarche qualitative en s’appuyant sur l’observation et des entretiens semi directifs, les enjeux identitaires et la reconnaissance dans développement de l’estime de soi des élèves ayant une histoire migratoire en prenant en compte leurs langues et cultures familiales par le biais de leurs parents au sein de l’école.
Rachida Ramdani a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Vanessa Rousseau est enseignante de français langue seconde (FLS) dans le second degré, en unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés (UPE2A). Diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2019), son mémoire de Master 2 a porté sur l’impact des parcours plurilingues de collégiens allophones dans la construction d’une compétence plurilingue et les leviers que peuvent produire le développement de cette compétence pour l’appropriation du français langue seconde et de scolarisation. Un regard particulier a été porté sur les enjeux didactiques et pédagogiques de la conscientisation et de la valorisation d’une pluralité linguistique existante. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-éducation, une session d’ateliers plurilingues, des observations participantes en classes et des entretiens semi-directifs avec les collégiens.
Vanessa Rousseau a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Marie-Laure Tending est sociolinguiste, Maîtresse de conférences à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés. Ses travaux de recherche, ancrés dans une épistémologie qualitative, interrogent les liens entre langue(s) et identité(s) dans le cadre de situations de contacts de langues inégalitaires et de processus d’intégration en situations d’interculturalités. S’appuyant sur une démarche biographique qui accorde ainsi une place primordiale aux expériences des personnes et à l’historicité des processus et des phénomènes sociaux innervant ces expériences, elle porte un intérêt tout particulier aux processus de constructions identitaires dans les espaces francophones plurilingues. Et elle explore, dans le fil d’histoires langagières situées, les imaginaires linguistiques intervenant dans les processus complexes que constituent ces dynamiques de constructions identitaires et les appartenances sociales qu’elles induisent et/ou dans lesquelles elles se tissent.
Marie-Laure Tending a participé aux rubriques 1 et 2 de l’espace IMALING.

Plan de l’exposition →
Imaginaires plurilingues entre familles et écoles : expériences, parcours, démarches didactiques

Présentation de l’équipe ayant contribué à l’Action de recherche

Aude Bretegnier est sociolinguiste, professeure à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), co-responsable du Thème 2 de cette équipe : Plurilinguismes, Educations, Sociétés, et du CREN pôle Le Mans. Spécialiste d’insécurité linguistique, ses recherches s’inscrivent dans la perspective d’une sociolinguistique qualitative, réflexive et critique, explorent l’expérience plurilingue quand elle met en jeu une problématique de pluralité linguistique inégalitaire. Dans une démarche ethnographique et de recherche-action, elle pratique l’observation-participante, ainsi que des entretiens semi-directifs biographiques-épilinguistiques à partir desquelles elle reconstruit en les contextualisant des « histoires de langues », matière pour l’analyse des enjeux socio-identitaires, dans l’expérience et l’histoire des sujets, de la disparité statutaire de leurs langues, d’une langue maternelle socialement minorée.
Aude Bretegnier, coordinatrice générale du projet, a participé aux rubriques 1, 2 et 4 de l’espace IMALING.

Isabelle Audras est enseignante-chercheure en Didactique des Langues, Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde à l’université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661). Ses recherches portent sur la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en éducation/formation, en classe et en milieux associatifs péri-scolaires notamment et sur le lien école-famille. Elle s’intéresse également aux effets des expériences de pratiques plurilingues des étudiants et enseignants sur leur trajectoire de formation. Elle travaille sur la place des pratiques d’évaluation des compétences en langues familiales en éducation et le rôle de ces pratiques pour les publics concernés en termes de développement langagier, de plus de cohésion sociale et d’équité en éducation.
Isabelle Audras a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Violaine Béduneau est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et responsable pédagogique de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), œuvrant pour la valorisation des langues et des cultures familiales dans les milieux éducatifs et de soin. Elle s’intéresse aux enjeux langagiers, identitaires et sociétaux de médiations plurilingues en structure petite enfance, en écoles et au collège. Elle commencera en septembre 2020 une thèse de doctorat en sciences du langage, à l’Université de Rouen, qui questionnera les effets d’actions de médiations plurilingues (en lieux d’accueil parents-enfants, crèches et classes de maternelle) sur le développement du bilinguisme de l’enfant. Cette recherche-action s’inscrira dans une approche psycholinguistique, basée sur des entretiens semi-directifs, des observations participantes et des tests d’évaluation langagière dont l’ELAL d’Avicennes.
Violaine Béduneau a participé aux rubriques 2 et 4 de l’espace IMALING.

Myriam Dupouy est enseignante de didactique du FLE/S à l’Université du Mans. Docteure en sciences du langage / sociolinguistique, elle est collaboratrice scientifique au CREN (thème 2 Plurilinguismes, Educations, Sociétés) et chercheure associée au Centre de recherche bretonne celtique (EA 4451). Son doctorat (UBO, 2018) s’intitule « Dire (avec) l'accent, représentations et attitudes liées aux accents en formation linguistique obligatoire pour adultes migrants allophones ». Ses recherches portent sur les accents, leurs représentations en contexte de formation/appropriation langagière et aux constructions sociales en contextes de migrations. Ses travaux les plus récents questionnent et articulent les phénomènes de déclassement et d’insécurité linguistique ainsi que les enjeux liés à la formation et l’accompagnement des bénévoles de la formation linguistique des adultes en migration.
Myriam Dupouy a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Hanan Loughmari est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et formatrice linguistique d’adultes en français langue seconde, notamment au sein de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), où elle conçoit et anime des ateliers sociolinguistiques (ASL) s’appuyant sur les langues et les cultures des familles. Son mémoire de Master 2 a porté sur cette expérience pour questionner l’influence de cet appui dans la démarche d’alphabétisation d’adultes migrants. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-formation, un dispositif d’ateliers, des observations participantes et des entretiens semi-directifs.
Hanan Loughmari a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Tetiana Fanahei est doctorante en cotutelle à l’Université du Mans (France) et à l’Université nationale de Zaporijjia (Ukraine), membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Quadrilingue, elle est aussi enseignante de langues : français langue étrangère, anglais, russe et ukrainien). Sa recherche doctorale (2020-2023) interroge la complexité des processus de conceptualisation de langues au sein de deux espaces sociolinguistiques et éducative, l’Ukraine et la France, explore ces processus selon une approche linguistique, sociolinguistique et psycholinguistique. Sa recherche s’inscrit dans une perspective qualitative complexe, s’appuie sur une démarche ethnographique à visée compréhensive, procèdera notamment par entretiens semi-directifs.
Tetiana Fanahei a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Dora François est didacticienne des langues et cultures étrangères, Maitre de Conférences à l’Université de Nantes, formatrice à l’Inspé (académie de Nantes) et membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 - Plurilinguismes, Éducations, Sociétés. Ses recherches s'ouvrent à des problématiques variées et complémentaires dans une dynamique transdisciplinaire faisant interagir la didactique, la pédagogie et la psychologie. Elles concernent l'enseignement des langues étrangères en milieu scolaire, tout particulièrement auprès des jeunes publics de l’école maternelle et du Cours préparatoire (CP), en France, et s’articulent selon 3 axes : plurilinguisme-culturalisme, médiation linguistique et culturelle et formation initiale et continue des enseignants dans la perspective de la diversité linguistique et culturelle.
Dora François a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Françoise Leclaire, psycho-pédagogue, chargée de cours à Le Mans Université et à Paris V, est collaboratrice au CREN. Elle centre ses recherches sur les dimensions transculturelles des relations entre l'école et la famille et les liens entre la construction de l'identité linguistique/culturelle et les apprentissages, notamment langagiers. Elle s’'intéresse aux enjeux psychologiques, sociaux et didactiques d'une prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en milieu éducatif (ou de soin), dans une démarche de recherche-action participante, dans une démarche ethnographique.
Françoise Leclaire a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Nadja Maillard De La Corte Gomez est Maîtresse de conférences à l’université d’Angers et membre du laboratoire Cirpall (Ea 7457). Ses recherches portent sur la didactique de la littérature (notamment la littérature de jeunesse) dans l’enseignement du français langue étrangère et seconde, sur les dimensions plurilingues et pluriculturelles des interactions en classe de langue. Elle travaille aussi sur les littéracies numériques multimodales, plus particulièrement sur les « chroniques », récits publiés sur les réseaux sociaux par des adolescent.e.s plurilingues. Ses enseignements (master de didactique du FLE) portent sur la sociolinguistique et la didactique de la littérature. Elle participe depuis plusieurs années à la création de ressources pédagogiques dans le cadre du prix de littérature de jeunesse de l’UNICEF (https://www.unicef.fr/dossier/prix-de-litterature-jeunesse).
Nadja Maillard a participé aux rubriques 1 et 3 de l’espace IMALING.

Rachida Ramdani est doctorante à l’Université du Mans (France), membre de l’Equipe d’Accueil CREN, Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Elle est aussi enseignante de français en collège (FLM), et travaille depuis 2013, au sein de l’association AFaLaC (Familles Langues Cultures). Ses recherches (étude longitudinale) interrogent, dans une démarche qualitative en s’appuyant sur l’observation et des entretiens semi directifs, les enjeux identitaires et la reconnaissance dans développement de l’estime de soi des élèves ayant une histoire migratoire en prenant en compte leurs langues et cultures familiales par le biais de leurs parents au sein de l’école.
Rachida Ramdani a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Vanessa Rousseau est enseignante de français langue seconde (FLS) dans le second degré, en unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés (UPE2A). Diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2019), son mémoire de Master 2 a porté sur l’impact des parcours plurilingues de collégiens allophones dans la construction d’une compétence plurilingue et les leviers que peuvent produire le développement de cette compétence pour l’appropriation du français langue seconde et de scolarisation. Un regard particulier a été porté sur les enjeux didactiques et pédagogiques de la conscientisation et de la valorisation d’une pluralité linguistique existante. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-éducation, une session d’ateliers plurilingues, des observations participantes en classes et des entretiens semi-directifs avec les collégiens.
Vanessa Rousseau a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Marie-Laure Tending est sociolinguiste, Maîtresse de conférences à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés. Ses travaux de recherche, ancrés dans une épistémologie qualitative, interrogent les liens entre langue(s) et identité(s) dans le cadre de situations de contacts de langues inégalitaires et de processus d’intégration en situations d’interculturalités. S’appuyant sur une démarche biographique qui accorde ainsi une place primordiale aux expériences des personnes et à l’historicité des processus et des phénomènes sociaux innervant ces expériences, elle porte un intérêt tout particulier aux processus de constructions identitaires dans les espaces francophones plurilingues. Et elle explore, dans le fil d’histoires langagières situées, les imaginaires linguistiques intervenant dans les processus complexes que constituent ces dynamiques de constructions identitaires et les appartenances sociales qu’elles induisent et/ou dans lesquelles elles se tissent.
Marie-Laure Tending a participé aux rubriques 1 et 2 de l’espace IMALING.

Présentation de l’équipe ayant contribué à l’Action de recherche

Aude Bretegnier est sociolinguiste, professeure à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), co-responsable du Thème 2 de cette équipe : Plurilinguismes, Educations, Sociétés, et du CREN pôle Le Mans. Spécialiste d’insécurité linguistique, ses recherches s’inscrivent dans la perspective d’une sociolinguistique qualitative, réflexive et critique, explorent l’expérience plurilingue quand elle met en jeu une problématique de pluralité linguistique inégalitaire. Dans une démarche ethnographique et de recherche-action, elle pratique l’observation-participante, ainsi que des entretiens semi-directifs biographiques-épilinguistiques à partir desquelles elle reconstruit en les contextualisant des « histoires de langues », matière pour l’analyse des enjeux socio-identitaires, dans l’expérience et l’histoire des sujets, de la disparité statutaire de leurs langues, d’une langue maternelle socialement minorée.
Aude Bretegnier, coordinatrice générale du projet, a participé aux rubriques 1, 2 et 4 de l’espace IMALING.

Isabelle Audras est enseignante-chercheure en Didactique des Langues, Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde à l’université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661). Ses recherches portent sur la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en éducation/formation, en classe et en milieux associatifs péri-scolaires notamment et sur le lien école-famille. Elle s’intéresse également aux effets des expériences de pratiques plurilingues des étudiants et enseignants sur leur trajectoire de formation. Elle travaille sur la place des pratiques d’évaluation des compétences en langues familiales en éducation et le rôle de ces pratiques pour les publics concernés en termes de développement langagier, de plus de cohésion sociale et d’équité en éducation.
Isabelle Audras a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Violaine Béduneau est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et responsable pédagogique de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), œuvrant pour la valorisation des langues et des cultures familiales dans les milieux éducatifs et de soin. Elle s’intéresse aux enjeux langagiers, identitaires et sociétaux de médiations plurilingues en structure petite enfance, en écoles et au collège. Elle commencera en septembre 2020 une thèse de doctorat en sciences du langage, à l’Université de Rouen, qui questionnera les effets d’actions de médiations plurilingues (en lieux d’accueil parents-enfants, crèches et classes de maternelle) sur le développement du bilinguisme de l’enfant. Cette recherche-action s’inscrira dans une approche psycholinguistique, basée sur des entretiens semi-directifs, des observations participantes et des tests d’évaluation langagière dont l’ELAL d’Avicennes.
Violaine Béduneau a participé aux rubriques 2 et 4 de l’espace IMALING.

Myriam Dupouy est enseignante de didactique du FLE/S à l’Université du Mans. Docteure en sciences du langage / sociolinguistique, elle est collaboratrice scientifique au CREN (thème 2 Plurilinguismes, Educations, Sociétés) et chercheure associée au Centre de recherche bretonne celtique (EA 4451). Son doctorat (UBO, 2018) s’intitule « Dire (avec) l'accent, représentations et attitudes liées aux accents en formation linguistique obligatoire pour adultes migrants allophones ». Ses recherches portent sur les accents, leurs représentations en contexte de formation/appropriation langagière et aux constructions sociales en contextes de migrations. Ses travaux les plus récents questionnent et articulent les phénomènes de déclassement et d’insécurité linguistique ainsi que les enjeux liés à la formation et l’accompagnement des bénévoles de la formation linguistique des adultes en migration.
Myriam Dupouy a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Hanan Loughmari est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et formatrice linguistique d’adultes en français langue seconde, notamment au sein de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), où elle conçoit et anime des ateliers sociolinguistiques (ASL) s’appuyant sur les langues et les cultures des familles. Son mémoire de Master 2 a porté sur cette expérience pour questionner l’influence de cet appui dans la démarche d’alphabétisation d’adultes migrants. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-formation, un dispositif d’ateliers, des observations participantes et des entretiens semi-directifs.
Hanan Loughmari a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Tetiana Fanahei est doctorante en cotutelle à l’Université du Mans (France) et à l’Université nationale de Zaporijjia (Ukraine), membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Quadrilingue, elle est aussi enseignante de langues : français langue étrangère, anglais, russe et ukrainien). Sa recherche doctorale (2020-2023) interroge la complexité des processus de conceptualisation de langues au sein de deux espaces sociolinguistiques et éducative, l’Ukraine et la France, explore ces processus selon une approche linguistique, sociolinguistique et psycholinguistique. Sa recherche s’inscrit dans une perspective qualitative complexe, s’appuie sur une démarche ethnographique à visée compréhensive, procèdera notamment par entretiens semi-directifs.
Tetiana Fanahei a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Dora François est didacticienne des langues et cultures étrangères, Maitre de Conférences à l’Université de Nantes, formatrice à l’Inspé (académie de Nantes) et membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 - Plurilinguismes, Éducations, Sociétés. Ses recherches s'ouvrent à des problématiques variées et complémentaires dans une dynamique transdisciplinaire faisant interagir la didactique, la pédagogie et la psychologie. Elles concernent l'enseignement des langues étrangères en milieu scolaire, tout particulièrement auprès des jeunes publics de l’école maternelle et du Cours préparatoire (CP), en France, et s’articulent selon 3 axes : plurilinguisme-culturalisme, médiation linguistique et culturelle et formation initiale et continue des enseignants dans la perspective de la diversité linguistique et culturelle.
Dora François a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Françoise Leclaire, psycho-pédagogue, chargée de cours à Le Mans Université et à Paris V, est collaboratrice au CREN. Elle centre ses recherches sur les dimensions transculturelles des relations entre l'école et la famille et les liens entre la construction de l'identité linguistique/culturelle et les apprentissages, notamment langagiers. Elle s’'intéresse aux enjeux psychologiques, sociaux et didactiques d'une prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en milieu éducatif (ou de soin), dans une démarche de recherche-action participante, dans une démarche ethnographique.
Françoise Leclaire a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Nadja Maillard De La Corte Gomez est Maîtresse de conférences à l’université d’Angers et membre du laboratoire Cirpall (Ea 7457). Ses recherches portent sur la didactique de la littérature (notamment la littérature de jeunesse) dans l’enseignement du français langue étrangère et seconde, sur les dimensions plurilingues et pluriculturelles des interactions en classe de langue. Elle travaille aussi sur les littéracies numériques multimodales, plus particulièrement sur les « chroniques », récits publiés sur les réseaux sociaux par des adolescent.e.s plurilingues. Ses enseignements (master de didactique du FLE) portent sur la sociolinguistique et la didactique de la littérature. Elle participe depuis plusieurs années à la création de ressources pédagogiques dans le cadre du prix de littérature de jeunesse de l’UNICEF (https://www.unicef.fr/dossier/prix-de-litterature-jeunesse).
Nadja Maillard a participé aux rubriques 1 et 3 de l’espace IMALING.

Rachida Ramdani est doctorante à l’Université du Mans (France), membre de l’Equipe d’Accueil CREN, Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Elle est aussi enseignante de français en collège (FLM), et travaille depuis 2013, au sein de l’association AFaLaC (Familles Langues Cultures). Ses recherches (étude longitudinale) interrogent, dans une démarche qualitative en s’appuyant sur l’observation et des entretiens semi directifs, les enjeux identitaires et la reconnaissance dans développement de l’estime de soi des élèves ayant une histoire migratoire en prenant en compte leurs langues et cultures familiales par le biais de leurs parents au sein de l’école.
Rachida Ramdani a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Vanessa Rousseau est enseignante de français langue seconde (FLS) dans le second degré, en unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés (UPE2A). Diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2019), son mémoire de Master 2 a porté sur l’impact des parcours plurilingues de collégiens allophones dans la construction d’une compétence plurilingue et les leviers que peuvent produire le développement de cette compétence pour l’appropriation du français langue seconde et de scolarisation. Un regard particulier a été porté sur les enjeux didactiques et pédagogiques de la conscientisation et de la valorisation d’une pluralité linguistique existante. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-éducation, une session d’ateliers plurilingues, des observations participantes en classes et des entretiens semi-directifs avec les collégiens.
Vanessa Rousseau a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Marie-Laure Tending est sociolinguiste, Maîtresse de conférences à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés. Ses travaux de recherche, ancrés dans une épistémologie qualitative, interrogent les liens entre langue(s) et identité(s) dans le cadre de situations de contacts de langues inégalitaires et de processus d’intégration en situations d’interculturalités. S’appuyant sur une démarche biographique qui accorde ainsi une place primordiale aux expériences des personnes et à l’historicité des processus et des phénomènes sociaux innervant ces expériences, elle porte un intérêt tout particulier aux processus de constructions identitaires dans les espaces francophones plurilingues. Et elle explore, dans le fil d’histoires langagières situées, les imaginaires linguistiques intervenant dans les processus complexes que constituent ces dynamiques de constructions identitaires et les appartenances sociales qu’elles induisent et/ou dans lesquelles elles se tissent.
Marie-Laure Tending a participé aux rubriques 1 et 2 de l’espace IMALING.

À CONSULTER...

Présentation de l’équipe ayant contribué à l’Action de recherche

Aude Bretegnier est sociolinguiste, professeure à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), co-responsable du Thème 2 de cette équipe : Plurilinguismes, Educations, Sociétés, et du CREN pôle Le Mans. Spécialiste d’insécurité linguistique, ses recherches s’inscrivent dans la perspective d’une sociolinguistique qualitative, réflexive et critique, explorent l’expérience plurilingue quand elle met en jeu une problématique de pluralité linguistique inégalitaire. Dans une démarche ethnographique et de recherche-action, elle pratique l’observation-participante, ainsi que des entretiens semi-directifs biographiques-épilinguistiques à partir desquelles elle reconstruit en les contextualisant des « histoires de langues », matière pour l’analyse des enjeux socio-identitaires, dans l’expérience et l’histoire des sujets, de la disparité statutaire de leurs langues, d’une langue maternelle socialement minorée.
Aude Bretegnier, coordinatrice générale du projet, a participé aux rubriques 1, 2 et 4 de l’espace IMALING.

Isabelle Audras est enseignante-chercheure en Didactique des Langues, Didactique du Français Langue Etrangère et Seconde à l’université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661). Ses recherches portent sur la prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en éducation/formation, en classe et en milieux associatifs péri-scolaires notamment et sur le lien école-famille. Elle s’intéresse également aux effets des expériences de pratiques plurilingues des étudiants et enseignants sur leur trajectoire de formation. Elle travaille sur la place des pratiques d’évaluation des compétences en langues familiales en éducation et le rôle de ces pratiques pour les publics concernés en termes de développement langagier, de plus de cohésion sociale et d’équité en éducation.
Isabelle Audras a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Violaine Béduneau est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et responsable pédagogique de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), œuvrant pour la valorisation des langues et des cultures familiales dans les milieux éducatifs et de soin. Elle s’intéresse aux enjeux langagiers, identitaires et sociétaux de médiations plurilingues en structure petite enfance, en écoles et au collège. Elle commencera en septembre 2020 une thèse de doctorat en sciences du langage, à l’Université de Rouen, qui questionnera les effets d’actions de médiations plurilingues (en lieux d’accueil parents-enfants, crèches et classes de maternelle) sur le développement du bilinguisme de l’enfant. Cette recherche-action s’inscrira dans une approche psycholinguistique, basée sur des entretiens semi-directifs, des observations participantes et des tests d’évaluation langagière dont l’ELAL d’Avicennes.
Violaine Béduneau a participé aux rubriques 2 et 4 de l’espace IMALING.

Myriam Dupouy est enseignante de didactique du FLE/S à l’Université du Mans. Docteure en sciences du langage / sociolinguistique, elle est collaboratrice scientifique au CREN (thème 2 Plurilinguismes, Educations, Sociétés) et chercheure associée au Centre de recherche bretonne celtique (EA 4451). Son doctorat (UBO, 2018) s’intitule « Dire (avec) l'accent, représentations et attitudes liées aux accents en formation linguistique obligatoire pour adultes migrants allophones ». Ses recherches portent sur les accents, leurs représentations en contexte de formation/appropriation langagière et aux constructions sociales en contextes de migrations. Ses travaux les plus récents questionnent et articulent les phénomènes de déclassement et d’insécurité linguistique ainsi que les enjeux liés à la formation et l’accompagnement des bénévoles de la formation linguistique des adultes en migration.
Myriam Dupouy a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Hanan Loughmari est diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2018), et formatrice linguistique d’adultes en français langue seconde, notamment au sein de l’Association AFaLaC (Famille Langues Cultures), où elle conçoit et anime des ateliers sociolinguistiques (ASL) s’appuyant sur les langues et les cultures des familles. Son mémoire de Master 2 a porté sur cette expérience pour questionner l’influence de cet appui dans la démarche d’alphabétisation d’adultes migrants. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-formation, un dispositif d’ateliers, des observations participantes et des entretiens semi-directifs.
Hanan Loughmari a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Tetiana Fanahei est doctorante en cotutelle à l’Université du Mans (France) et à l’Université nationale de Zaporijjia (Ukraine), membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Quadrilingue, elle est aussi enseignante de langues : français langue étrangère, anglais, russe et ukrainien). Sa recherche doctorale (2020-2023) interroge la complexité des processus de conceptualisation de langues au sein de deux espaces sociolinguistiques et éducative, l’Ukraine et la France, explore ces processus selon une approche linguistique, sociolinguistique et psycholinguistique. Sa recherche s’inscrit dans une perspective qualitative complexe, s’appuie sur une démarche ethnographique à visée compréhensive, procèdera notamment par entretiens semi-directifs.
Tetiana Fanahei a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Dora François est didacticienne des langues et cultures étrangères, Maitre de Conférences à l’Université de Nantes, formatrice à l’Inspé (académie de Nantes) et membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 - Plurilinguismes, Éducations, Sociétés. Ses recherches s'ouvrent à des problématiques variées et complémentaires dans une dynamique transdisciplinaire faisant interagir la didactique, la pédagogie et la psychologie. Elles concernent l'enseignement des langues étrangères en milieu scolaire, tout particulièrement auprès des jeunes publics de l’école maternelle et du Cours préparatoire (CP), en France, et s’articulent selon 3 axes : plurilinguisme-culturalisme, médiation linguistique et culturelle et formation initiale et continue des enseignants dans la perspective de la diversité linguistique et culturelle.
Dora François a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Françoise Leclaire, psycho-pédagogue, chargée de cours à Le Mans Université et à Paris V, est collaboratrice au CREN. Elle centre ses recherches sur les dimensions transculturelles des relations entre l'école et la famille et les liens entre la construction de l'identité linguistique/culturelle et les apprentissages, notamment langagiers. Elle s’'intéresse aux enjeux psychologiques, sociaux et didactiques d'une prise en compte de la diversité linguistique et culturelle en milieu éducatif (ou de soin), dans une démarche de recherche-action participante, dans une démarche ethnographique.
Françoise Leclaire a participé aux rubriques 3 et 4 de l’espace IMALING.

Nadja Maillard De La Corte Gomez est Maîtresse de conférences à l’université d’Angers et membre du laboratoire Cirpall (Ea 7457). Ses recherches portent sur la didactique de la littérature (notamment la littérature de jeunesse) dans l’enseignement du français langue étrangère et seconde, sur les dimensions plurilingues et pluriculturelles des interactions en classe de langue. Elle travaille aussi sur les littéracies numériques multimodales, plus particulièrement sur les « chroniques », récits publiés sur les réseaux sociaux par des adolescent.e.s plurilingues. Ses enseignements (master de didactique du FLE) portent sur la sociolinguistique et la didactique de la littérature. Elle participe depuis plusieurs années à la création de ressources pédagogiques dans le cadre du prix de littérature de jeunesse de l’UNICEF (https://www.unicef.fr/dossier/prix-de-litterature-jeunesse).
Nadja Maillard a participé aux rubriques 1 et 3 de l’espace IMALING.

Rachida Ramdani est doctorante à l’Université du Mans (France), membre de l’Equipe d’Accueil CREN, Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés et de l’ED ELICC. Elle est aussi enseignante de français en collège (FLM), et travaille depuis 2013, au sein de l’association AFaLaC (Familles Langues Cultures). Ses recherches (étude longitudinale) interrogent, dans une démarche qualitative en s’appuyant sur l’observation et des entretiens semi directifs, les enjeux identitaires et la reconnaissance dans développement de l’estime de soi des élèves ayant une histoire migratoire en prenant en compte leurs langues et cultures familiales par le biais de leurs parents au sein de l’école.
Rachida Ramdani a participé à la rubrique 3 de l’espace IMALING.

Vanessa Rousseau est enseignante de français langue seconde (FLS) dans le second degré, en unité pédagogique pour élèves allophones nouvellement arrivés (UPE2A). Diplômée du Master Didactique des Langues de l’Université du Mans (2019), son mémoire de Master 2 a porté sur l’impact des parcours plurilingues de collégiens allophones dans la construction d’une compétence plurilingue et les leviers que peuvent produire le développement de cette compétence pour l’appropriation du français langue seconde et de scolarisation. Un regard particulier a été porté sur les enjeux didactiques et pédagogiques de la conscientisation et de la valorisation d’une pluralité linguistique existante. Cette étude s’est basée sur une recherche-action-éducation, une session d’ateliers plurilingues, des observations participantes en classes et des entretiens semi-directifs avec les collégiens.
Vanessa Rousseau a participé à la rubrique 2 de l’espace IMALING.

Marie-Laure Tending est sociolinguiste, Maîtresse de conférences à l’Université du Mans, membre du laboratoire CREN (EA 2661), Thème 2 : Plurilinguismes, Educations, Sociétés. Ses travaux de recherche, ancrés dans une épistémologie qualitative, interrogent les liens entre langue(s) et identité(s) dans le cadre de situations de contacts de langues inégalitaires et de processus d’intégration en situations d’interculturalités. S’appuyant sur une démarche biographique qui accorde ainsi une place primordiale aux expériences des personnes et à l’historicité des processus et des phénomènes sociaux innervant ces expériences, elle porte un intérêt tout particulier aux processus de constructions identitaires dans les espaces francophones plurilingues. Et elle explore, dans le fil d’histoires langagières situées, les imaginaires linguistiques intervenant dans les processus complexes que constituent ces dynamiques de constructions identitaires et les appartenances sociales qu’elles induisent et/ou dans lesquelles elles se tissent.
Marie-Laure Tending a participé aux rubriques 1 et 2 de l’espace IMALING.

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes

Enfances Humanistes